La sous-traitance aéronautique continue à se muscler

Outillage pour le moteur LEAP fabriqué par Dedienne Aerospace

 

De l’avis de plusieurs sous-traitants, les moyens ont été alignés pour produire en quantité et à l’heure. La problématique c’est la très forte pression sur les prix qui rogne les marges des entreprises. Le mouvement de concentration se poursuit, marqué par l’arrivée d’investisseurs américains, asiatiques… Les cessions et regroupements se multiplient entre acteurs de la filière pour atteindre une taille critique. Du côté des rangs 3 et 4, de la restructuration est opérée, Airbus ayant exigé d’eux une montée en compétences et l’obtention de la  certification EN 9100.