Muriel Gineste, facilitateur d’innovation dans l’agroalimentaire

Muriel Gineste, facilitateur d'innovation dans l'agroalimentaire

Avec un pool d’acteurs d’horizons professionnels différents impliqués dans la création et fonctionnement de la structure, Muriel Gineste est pleinement mobilisée dans la réussite de Cisali, le Centre d’innovation sur l’alimentation. Fondée en 2015, cette association met le consommateur au cœur du dispositif, l’expertise d’usage étant déterminante dès la phase de conception d’un produit. La qualité, le développement durable, l’essor de filières agricoles et de transformateurs agroalimentaires en phase avec les attentes des clients sont au cœur de l’action de cette entité amenée à bâtir des outils et des modèles économiques pertinents.

Sociologue de métier, positionnée depuis 1993 sur le secteur alimentaire, Muriel Gineste s’est voulue d’entrée facilitateur d’innovation, interfaçant la recherche académique, les agro-industriels et les consommateurs à l’origine du processus d’acceptabilité. « Au lieu de juste innover, nous devons innover juste ! » aime-t-elle à rappeler, partant du constat que 70% des investissements en R&D finissent au placard. Sans oublier que les TPE et PME/PMI composant l’essentiel de la filière, n’ont pas en interne des outils dédiés à l’innovation judicieuse, celle qui répond aux aspirations du public.

Tout un écosystème omniprésent au sein de Cisali

La démarche de ce « broker en innovation » pour reprendre le vocable européen,  a été saluée par tout un écosystème jouant un rôle moteur au sein de Cisali, à savoir l’Area Occitanie, le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation, la DRAAF Occitanie, le cluster Arboritec, le laboratoire CLLE LTC (équipes en psychologie cognitive et ergonomie)…rejoints récemment par des chercheurs de l’Inra, le lycée Hôtelier d’Occitanie, l’Ecole supérieure d’agronomie de Purpan.

L’Institut de design de Montauban (l’ISCID), Toulouse Agri Campus, l’agence Ad’Occ (ex Madeeli) ont aussi apporté leur soutien au lancement du projet.

Employant deux salariés à plein temps et s’appuyant sur une brigade de 8 experts, l’association a souhaité faire la preuve du concept avant d’enrichir le portefeuille d’adhérents. Mission accomplie comme l’attestent les différents projets traités, tous suivant un même fil rouge, celui de la qualité alimentaire. Pour la définir, Cisali a organisé la rencontre de deux mondes en rupture ou aux liens distendus,  amenant ainsi les consommateurs et les producteurs/transformateurs à coopérer, à construire des contrats de confiance.

Emma Bao