Stéphane Lacrampe, directeur général de Bouyer

Stéphane Lacrampe a pris la direction générale en 2011 de Bouyer, le fabricant de système audio professionnel de Montauban. Il est arrivé dans le sillage de sa reprise en mai 2010 par le groupe DEF, dirigé par Philippe Lecuyer, un leader français et européen dans la sécurité incendie qui emploie 2500 collaborateurs avec une cinquantaine d’agences, neuf usines, un chiffre d’affaires d’environ 240 millions d’euros. Bouyer a connu une histoire très mouvementée suite à la cession par son fondateur Paul Bouyer en 1989. Pendant une vingtaine d’années, six repreneurs et fonds de pension ont piloté cette entreprise qui a failli disparaître. Redressée elle a retrouvé de l’ambition avec ses 85 ans d’expérience cumulés !

Vous avez réussi à sauver une entreprise emblématique de la région ?

Paul Bouyer avait su créer et bâtir un leader mondial dans le public adress qui  employât jusqu’à 600 salariés à Montauban. Ce fut un visionnaire qui inventa la technologie du 100V. Bouyer s’est forgée une notoriété basée sur l’innovation et la fiabilité qui  perdure encore aujourd’hui notamment au Moyen Orient où nous sommes accueillis à l’instar d’un grand groupe. Mais la fin de l’histoire a été compliquée, Bouyer n’a plus investi pendant presque vingt ans.

Comment Bouyer a repris le lead sur les produits ?

Bouyer a misé à fond sur la R & D qui doit représenter entre 15 et 20% du chiffre d’affaires chaque année. Elle est animée par une quinzaine d’ingénieurs sur un effectif de 60 salariés. Dès 2013, nous avions lancé 92 nouveaux produits, nous en sommes à 120 aujourd’hui. Bouyer a notamment développé une gamme 100% IP, les amplificateurs sont en classe D, la dernière génération associe des sources et l’ampli. Nous avons ramené le client dans l’entreprise au cœur de nos solutions. Au plan industriel, le bureau d’études  conçoit toute l’électronique des sources et amplis plus les enceintes. Nous fournissons les composants qui sont montés en surface sur les cartes en série par nos quatre sous-traitants. Un tiers de nos partenaires sont implantés en région. Bouyer fonctionne comme une startup mais avec des collaborateurs dont certains ont une quarantaine d’année d’expérience. Nous nous appuyons aussi pour innover sur de l’expertise extérieure  comme celle de Diptyque Audio, une jeune entreprise de Montauban qui conçoit et fabrique des enceintes acoustiques panneaux isodynamique pour la hifi. La technologie évolue rapidement, de nouveaux concurrents peuvent émerger d’autres secteurs. Bouyer est associé sur plusieurs projets de Smart City   comme à Dijon où nos produits viennent s’intégrer dans le système global de ville intelligente.

 

Comment se positionne Bouyer sur le marché du Public Adress ?

On s’est recentré sur le marché du Public Adress et la sonorisation de sécurité pour de multiples secteurs dans l’industrie, l’Oil & Gaz, les transports comme le TGV, les métros comme de celui de Singapour ou Quito, les collectivités, les commerces, la défense, le nucléaire…. La voix est très efficace par exemple pour faire évacuer rapidement les personnes d’un local plutôt qu’une sirène, lancer des alertes. Nos produits durent très très longtemps, l’obsolescence rapide ce n’est pas notre crédo, c’est l’inverse. Si sur la valeur faciale nos produits font partis des plus chers du marché, nos modèles économiques Made in France adossé à la qualité et la fiabilité de nos solutions nous différencie de nos concurrents et font de nos produits les plus compétitifs du marché.