9ème congrès européen sur les systèmes et logiciels embarqués

De g. à d. : Jean-Luc Maté (VP stratégie et développement chez Continental Automotive), Raja Chatila (directeur de l’ISIR – UPMC), Jacques Graizon (président de la SIA), Joseph Sifakis (directeur de recherche au CNRS – laboratoire Verimag et coprésident général du congrès), Pascal Traverse (responsable de la recherche sur l’autonomie chez Airbus), Alexandre Corjon (VP – France des systèmes électriques et électroniques  chez Alliance Renault – Nissan Global et coprésident général du congrès).

 

Le congrès ERTS2 (Embedded Real Time Software and Systems) a eu lieu à Toulouse début février. Organisé par les trois sociétés savantes 3AF, la SEE et la SIA, en partenariat avec le pôle de compétitivité régional Aerospace Valley, il réunissait 400 experts, d’une quinzaine de nationalités différentes, pour échanger leur vision de l’avenir des systèmes cyber-physiques et connectés, autour des principaux thème suivants : les transports autonomes, la modélisation et la simulation, la digitalisation.

Lors du point presse, Joseph Sifakis, qui a obtenu en 2007 le prix Turing en récompense pour ses travaux dans le domaine informatique, énumérait les principaux sujets qui faisaient l’objet des présentations de cette  année. Parmi eux, se trouvent les systèmes cyber-physiques. Eléments essentiels des futurs moyens de transport et de l’Internet des Objets, ils sont constitués de composants qui incorporent tous, leur propre calculateur et leur propre système électromécanique, fortement interdépendants. Le calculateur n’est plus centralisé mais délocalisé dans une multitude de composants. La sureté et la sécurité de fonctionnement ont également été largement traitées dans les applications aéronautique, spatiale et automobile. Les papiers présentés lors du congrès ont permis aux experts des différentes filières d’échanger leurs différents points de vue sur ces thèmes communs à ces trois domaines d’application.

Mario Martinez