AERONAUTIQUE : EAD Aerospace surfe sur plusieurs vagues : l’aménagement d’avions VIP, les chantiers de rénovation et l’intégration de systèmes avioniques, en particulier la connectivité qui connaît un essor foudroyant !

de g à d : Pierre Mauger, François Poinsard et Stéphane Bloch



En intégrant dans l’équipe le joaillier Patrick Mauboussin, lui-même passionné d’aéronautique, EAD Aerospace et son partenaire allemand Lufthansa Technik ont remporté le projet de personnalisation d’un avion A320  pour l’ Emir du Qatar. « Le design esthétique a fait la différence. Le raffinement des matériaux employés comme la nacre, l’architecture d’intérieur avec des lignes épurées, un mobilier tendance, des couleurs chatoyantes, l’alliance du luxe et du bon goût…ont fait pencher la balance en notre faveur » souligne Pierre Mauger, un des trois dirigeants de cette société toulousaine positionnée sur deux métiers, la customisation des aéronefs privés et le marché des « airlines ».

La PME créée en 1998 a fait immédiatement partie du cercle restreint des acteurs autorisés à conduire des chantiers sur les moyens et gros porteurs. Et ce,  grâce l’obtention des agréments (POA et DOA au sein du PART 21 ) l’habilitant à intervenir en conception et production sur des appareils sortis de chaine d’assemblage. « Si bien qu’on peut être sollicités tant sur de l’agencement d’intérieurs que sur l’implémentation de systèmes avioniques comme l’anti-collision , la communication à bord, les IFE ( In Flight Entertainment System, ou distraction à bord, c’est-à-dire les écrans vidéo à disposition des passagers» complète le deuxième associé François Poinsard.

Si le siège social est à Saint-Lys, le déploiement international a été privilégié d’entrée, avec la présence d’un bureau à Chicago (1), l’ouverture d’une représentation à Santiago de Chili. Quant à la production, elle est assurée par le site (2) basé à Aix-en- Provence (village de La Bastide des Jourdans) et un réseau de sous-traitants qualifiés.

Travaillant avec les constructeurs, les équipementiers, les transporteurs aériens, la société compte à son actif plus de 600 STC (supplemental type certificate), des prestations très diversifiées qui alimentent de manière régulière le carnet de commandes. Parmi les références significatives, on peut citer l’A 319 CJ livré à Hainan Airlines (customisation d’une partie cabine et intégration de systèmes), l’A 320 commandé par le Qatar, les 10 appareils Boeing 777 aménagés en business class à la demande d’une compagnie aérienne. « Sur ce dernier chantier en cours d’exécution, le client a confié à un cabinet  de design anglais la création d’un meuble Ottoman pour reposer les pieds et optimiser le confort du passager » indique Pierre Mauger.

Capable de gérer des projets compris entre 15 et 40 M€, en solo ou en partenariat, EAD Aerospace choisit les appels d’offres en adéquation avec ses capacités. « On sait rester à notre place » argue François Poinsard  en évoquant aussi la multitude de petits chantiers qui nourrissent le fonds de commerce. Pour les propriétaires de flottes, il  n’est pas rare entre deux locations, d’avoir à rafraîchir quelques sièges et à relooker la cabine.

Côté systèmes, l’entreprise gagne des contrats pour introduire de la communication à bord, fournissant le design, la certification et le kit d’installation. Outre la pose de solutions satellitaires, d’autres technologies innovantes sont proposées dont le CPDLC (un système de communication numérique entre l’avion et le contrôle aérien dans le cadre d’Eurocontrol) qui facilite la transmission de données à bord sous forme de texte (pour libérer les fréquences vocales déjà très encombrées). Les IFE représentent aussi un bon potentiel de croissance. L’explosion actuelle de la demande pour des avions « connectés », capables de fournier à bord des services Wifi, GSM, Internet…permet à EAD de réaliser une synthèse entre toutes ces compétences. L’entreprise qui a déjà de multiples installations GSM et Wifi à son actif, vient de réaliser la mise en service d’une installation de streaming video pour visionner des films sur les appareils des passagers (tablettes, smartphones et laptops) sur la flotte de Philippine Airlines et démarre l’étude d’installations satellitaires en bande KA, la toute dernière génération, qui permettra des débits de l’ordre de 50 Mbits par seconde pour les passagers à bord des avions de ligne.

Dans un environnement conjoncturel plus difficile sur le segment modifications d’avions, cet opérateur toulousain a conforté son service commercial et travaille sur une refonte de leur site internet pour être plus visible, y compris par rapport à l’éco-système régional. En se dotant d’une représentation au Chili, la PME parie sur la dynamique économique de ce pays ainsi que sur le Brésil où l’aviation régulière et d’affaires sont en forte croissance.

(1) : Une implantation pour être en adéquation avec la Federal Aviation Administration.

(2) : Compétences de ce site : électricité, finition, tôlerie…

Emma Bao
Diffusé le 1er janvier 2015

Encadré 1

A retenir :

-CA 2014 : 6,5 M€ ; prévisionnel  2015 : 8 M€

-Effectifs : 40 personnes

-EAD Aerospace a obtenu le POA en 1999 et le DOA en 2003. C’est la première PME à avoir décroché ces certifications à l’époque, les 12 autres étant de gros acteurs.

Encadré 2

Parcours

Un triumvirat à bord

 

François Ponsard et Stéphane Bloch font partie des fondateurs de départ, le 3ème ayant pris sa retraite. L’un connaissait bien l’univers de la modification, travaillant dans une compagnie aérienne,  l’autre de même en tant qu’employé dans  société de conseil oeuvrant dans ce domaine.

La réglementation dans le métier étant telle, ils ont eu l’idée de créer EAD Aerospace en 1998 pour apporter aux transporteurs aériens des solutions clé en main certifiées en design comme en production et ce conformément aux nouveaux agréments régissant l’activité.

Le 3ème associé, Pierre Mauger, a rejoint l’entreprise en 2009. Son profil, atypique dans ce milieu, permet à la PME de développer des projets qui font la différence. Expert en art contemporain et en antiquités, il apporte la touche culturelle et artistique qui fera la différence. Il n’hésite pas entre autres à activer son réseau de designers prestigieux, ceux de la maison Hermès, Patrick Mauboussin…Car, dans un aménagement VIP, la part de rêve est un des leviers déterminant la prise de décision.