AÉROSPATIALE : L’ESSP monte en puissance pour accélérer l’usage d’EGNOS dans l’aviation civile et sur d’autres marchés !


Thierry Racaud-Directeur d'ESSP                     Falcon testant Egnos

La diversification des activités, l’exportation, de la recherche et développement…l’ESSP a une feuille de route particulièrement chargée après avoir gagné avec Telespazio l’appel d’offre lancé par la GSA pour opérer EGNOS. L’European GNSS Agency renouvelle donc sa confiance à cet acteur privé, s’engageant avec lui sur un contrat de 8 ans.

Nouveau directeur de l’European Satellite Services Provider, Thierry Racaud détaille les missions et la stratégie mise en œuvre pour accélérer le déploiement du service EGNOS Safety-of-life, opérationnel depuis mars 2011. Son utilisation qui est gratuite sur l’ensemble de l’Europe, intéresse au premier chef l’aviation civile (1). C’est une des premières vocations de l’ESSP que d’inciter avec l’appui de la GSA les pays et les aéroports à mettre en place des procédures d’approche basées sur EGNOS. Une centaine sont actuellement à l’œuvre ; la France fait partie des très bons élèves, Midi-Pyrénées est bien représentée avec une dizaine d’aéroports utilisateurs ou candidats pour l’être!

Implanté sur deux sites, Toulouse et Madrid, l’opérateur d’EGNOS qui emploie 90 personnes, a pour fonctions de maintenir le service, de mesurer sa performance, de « grandes oreilles » écoutant le signal sur toute l’Europe ! A ces compétences exercées localement auxquelles s’ajoutent les attributions de l’entité madrilène chargée de la diffusion du service et de son développement. Après avoir renforcé les effectifs toulousains, des recrutements sont en cours sur la capitale espagnole pour booster l’usage. « Nous avons la volonté de nous ouvrir à d’autres clients que la GSA et à d’autres marchés comme le rail, la route, le maritime, l’agriculture…» souligne Thierry Racaud en insistant sur la gratuité du dispositif. Si le segment aviation civile est mature pour intégrer Safety-of-life, la  sécurité routière avec l’ecall 112 y verra rapidement un intérêt en raison de la précision apportée tout comme le secteur ferroviaire.

Si tous les ingrédients sont réunis pour propulser le service, le détonateur est avant tout une affaire de communication ! Il faut faire savoir que le service fonctionne en mettant en avant tous les apports d’une précision métrique. Les récepteurs en vente sont compatibles pour la mise en œuvre du système.

Pour aller plus loin, les constructeurs devraient intégrer en première monte la technologie. Airbus l’a fait sur l’A350. L’aviation d’affaires (non équipée d’ILS) et les petits aéroports, premiers concernée par les procédures d’approche, ouvrent la voie(2).

« Si notre objectif premier est d’honorer le contrat de la GSA et d’assoir notre positionnement dans l’aviation civile, notre business plan en cours d’élaboration donne la priorité à la recherche de nouveaux marchés, à l’internationalisation de notre offre et à l’élargissement de nos expertises» précise Thierry Racaud en évoquant aussi l’importance de la R&D. Dans le cadre d’H2020, l’ESSP a répondu à des appels à projets incluant l’application EGNOS dans d’autres secteurs que l’aéronautique.

Parmi les événements marquants, figure l’évolution du système, la nouvelle version conçue par Thales Alenia Space renforce la robustesse face aux perturbations ionosphériques. L’extension de la couverture à l’Est de l’Europe pour servir les 28 pays de l’UE est également d’actualité.

(1) : EGNOS a obtenu la certification aviation civile en 2010.

(2) : d’autres systèmes similaires sont utilisés dans le monde, aux USA les aéroports régionaux sont équipés du service.


Emma BAO 

Encadré 1

A retenir

-deux tiers des effectifs basés à Toulouse, site qui opère et maintient le système (segments sols installés partout en Europe…). Plusieurs personnes sont chargées de la certification (audit des installations safety-of-life, qualité de la prestation…). Madrid se charge de mesurer en permanence la performance du service côté utilisateurs et d’assurer la promotion d’EGNOS

-30 recrutements opérés depuis le 1er janvier 2014

-Galileo (4 satellites lancés) dont l’achèvement est prévu en 2020  ne se substitue pas au service Safety-of-life d’EGNOS.

-Actionnaires de la structure privée  l’ESSP: DGAC (France), DFS (Allemagne), NATS (Grande Bretagne), ENAV (Italie), AENA (Espagne), NAVP (Portugal), SKYGUIDE (Suisse).

-ESSP est membre d’Aerospace Valley.


Encadré 2

Apports d’EGNOS

Le GPS étant précis à 10-15 mètres, EGNOS apporte une précision métrique. Le service garantit aussi l’intégrité du signal toujours certifié. Les données reçues étant validées, les informations sont fiables. L’ESSP est d’ailleurs auditée dans ses process afin de certifier le « zéro erreur ».

Grâce à EGNOS, un aéroport n’a plus besoin d’équipements au sol (balises…), l’avion devenant autonome dans son approche. Ce qui introduit aussi davantage de souplesse dans les mouvements précédant l’atterrissage.

EGNOS s’avère pertinent pour le guidage des pétroliers (approche avec précision métrique), la localisation des trains sur les voies, celles des moyens d’intervention en cas d’accidents sur les routes…

 

Endadré 3

Parcours

25 ans d’expérience dans le spatial

En devenant CEO d’ESSP, Thierry Racaud avoue pouvoir vivre ses trois passions : l’aviation (lui-même a un brevet de pilote), l’espace et l’Europe !

Diplômé en 1990 de l’Enseeiht Toulouse, il a passé 10 ans chez Matra, sur divers sites dont Bruxelles et Kourou. Il intègre ensuite Cap Gemini, intervenant pendant 14 ans dans divers secteurs (l’espace, le contrôle aérien, la Défense…) avant de prendre ses nouvelles fonctions à l’European Satellite Services Provider.