AGROALIMENTAIRE : Quelle évolution de l'offre de nouveaux produits

 
 
A l’initiative de Midi-Pyrénées Innovation et de l’ARIA, les PME agroalimentaires ont participé à une réunion d’information sur le thème : « Agro et innovation : quelle évolution de l’offre en nouveaux produits ? »
Olivier Hausheer, du cabinet XTC World Innovation a présenté les attentes des consommateurs et les réponses des producteurs. Le simple rapport qualité/prix ne détermine plus l’acte d’achat. Par rapport à un article innovant, le client recherche la valeur d’usage, le bénéfice apporté. Il a le pouvoir de dire non, procédant à différents arbitrages : 1er prix si le produit est peu « impliquant », choix de quelque chose de plus cher si perception d’un avantage réel, report de la dépense…
 
Dans l’acte d’achat prime la notion de plaisir
 
Si on se reporte à l’arbre des tendances, la première valeur attendue par le consommateur est le plaisir (chargé d’envies et d’émotions autour de l’exotisme, le fun, la sophistication, la satisfaction des sens)…Arrive ensuite la santé autour du registre médical, végétal, naturel suivie de la forme (cosmétique, minceur, bien-être…ce qui optimise le physique, le mental). Les autres leviers sont la praticité (efficacité d’utilisation, gain de temps, adaptation aux nouveaux modes de vie comme la nomadisme…) et l’éthique (solidarité, attention portée aux autres et à l’environnement).
Par rapport à ces fondamentaux en vigueur depuis une quinzaine d’années mais avec des hiérarchisations différentes, on note une montée en puissance du critère plaisir (1 innovation sur 2), le facteur santé après une progression continue a marqué une pause. La praticité, la forme sont aussi revues à la baisse. L’éthique gagne du terrain mais reste au bas de l’échelle des valeurs (2%). Selon les pays, les aspirations diffèrent. Par rapport à l’alimentation, l’Américain a une approche fonctionnelle, appréciant les calories, vitamines, antioxydants. L’Europe, l’Amérique Latine, l’Asie placent en tête le plaisir.
 
Exemples de nouveautés
 
A partir de cette grille de lecture, les industriels de l’agroalimentaire introduisent des nouveautés associant autour du plaisir d’autres roues au tandem : sophistication, partage…On voit apparaître des recettes inspirées d’un savoir-faire traditionnel, du terroir. La région d’Anjou met en avant le Cola à la camomille (avec des vertus digestives). Avec le café gourmand se sont généralisées les mini-pâtisseries pour un instant de convivialité. Parmi les tendances observées dans les plats cuisinés, on retrouve l’effet carpaccio, les inclusions type beurre à la truffe, le mojito dans les glaces ou mets élaborés, des goûts originaux comme miel et safran, un retour des épices…Les textures évoluent avec les effets mousse, croquant, fondant, croustillant…La pastèque vient agrémenter la bière (aux USA), les glaces, les chips.
Sur le segment santé et naturalité on voit apparaître des compotes fruits et légumes …Pour satisfaire la praticité, ont été conçus des boîtes repas micro-ondables se transformant en assiette (au Japon), des mini-cocottes pour une cuisson à l’étouffée (se réchauffant au micro-ondes), du fromage taillé pour sandwichs, des churros pour grille-pain (en Espagne), des barquettes pour cuisson au barbecue, des kits apéro repas…
Parmi les questions d’actualité, ont été évoquées l’étiquette environnementale (incluant même le bilan carbone…), la réduction des emballages et l’éco conception…
Des entreprises présentes à cette conférence ont apporté leur témoignage en matière d’innovation. Rolande Vidal fabricant de pâtés dans l’Aveyron a sorti des préparations sans porc, des produits hallal. Eric Oger, le dirigeant de la biscuiterie Vedère (2 sites, en Béarn et Bigorre) a bénéficié d’une aide publique pour la mise au point d’un boudoir low cost, une recherche qui a pu être capitalisée sur d’autres produits.
 
 publié le 25 mars 2010
 
3ème appel à projets innovants dans l’agro industrie
 
 
 
Soutenue par la Directe (1) et également co-financée par le Feder, cette action collective portée par l’ARIA Midi-Pyrénées vise à encourager les projets innovants des PME et TPE de l’agro industrie (alimentaire et non alimentaire). Entrent dans le dispositif d’aide, les dossiers contenant une innovation en terme de produits, procédé, accès au marché, organisation commerciale…Les projets partenariaux seront favorisés. Ceux portés par 2 PME et un laboratoire public bénéficieront de 50% d’aide (plafond 30 000 euros) ; par 2 PME ou 1 PME et 1 laboratoire public : 45% d’aide (plafond 27 000 euros) ; 1PME : 30% d’aide (plafond de 18 000 euros).
Sont prises en compte les dépenses internes (coût de personnel) et les dépenses externes (prestations, achats…). La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 31 décembre 2011. Pour télécharger le dossier : www.aria-mp.com
 
(1)          : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. Partenaires de l’opération : CRAMP, CRCI, DRAAF, DRRT, FRC2A, MPE, MPI, Oséo, Toulouse Agri Campus
 
Encadré
 
Co développement de produits agroalimentaires innovants
 
Ce programme qui s’inscrit dans la démarche du cluster régional « Saveurs » vise à positionner Midi-Pyrénées comme une région qui valorise son patrimoine gastronomique et revisite ses recettes et spécialités pour coller aux tendances de consommation. Bénéficient de cette action les PME et TPE intervenant sur le segment des produits de qualité, produits plaisirs. Les entreprises souhaitant mettre en place des projets collaboratifs sont ciblées en priorité.
Le dispositif vise à initier des temps d’échanges entre les IAA régionales et des distributeurs afin de favoriser les collaborations et accompagner le développement de produits alimentaires innovants.
L’opération devrait concerner un groupe d’une dizaine d’entreprises. L’engagement de chaque société est de 500 euros, un coût attractif en raison de l’aide apportée par la Région et l’Europe. Au niveau de la disponibilité, il faut compter sur un minimum de 10 jours dans l’année.