Anywaves prend de la hauteur avec ses antennes satellites

Nicolas Capet, cofondateur et dirigeant d’Anywaves.

Anywaves, jeune spin-off du Cnes, a l’ambition d’être le numéro un mondial sur le marché de la conception et fabrication d’antennes miniaturisées pour les satellites du New Space.  

Nicolas Capet vise les 10 M€ de CA dès 2023. Et la petite entreprise a bien l’intention de se hisser au premier rang des équipementiers  en antennes miniaturisées pour nanosatellites.  Un pari ambitieux  pour une start-up  de huit personnes créée il y a tout juste deux ans ?  Au vu du démarrage en flèche d’Anywaves, de son avance technologique (25 brevets développés au Cnes et deux autres déposés depuis la création de l’entreprise) et de son dynamisme commercial, les quatre associés de l’aventure Anywaves sont confiants. Deux d’entre eux sont salariés de l’entreprise : le dirigeant Nicolas Capet et le directeur commercial  Gregory Beddeleem. Les deux autres  sont des experts dans le domaine de l’antenne spatiale. L’entreprise  prévoyait la vente d’une vingtaine d’antennes d’ici la fin de cette année 2019 ; 70 % de cet objectif était déjà atteint au mois de mars.  Elle prévoit de passer à 50 antennes en 2020 et de dépasser la centaine dès 2021. Côté effectif, de huit, ils passeront à une vingtaine l’an prochain avec le projet de déménager de l’incubateur Enac où ils sont hébergés aujourd’hui, après une première année à la pépinière Théogone de Ramonville.

Impression 3D et céramique
Côté R&D,  Anywaves  garde le rythme et prévoit de sortir cette année un nouveau produit qui utilise une technologie brevetée visant l’amélioration des performances