Area Occitanie : l’Agroalimentaire a du mal à recruter sa main d’œuvre !

Florette Food Services compte 2 usines à Torreilles

 

Réparties sur tout le territoire de l’Occitanie, l’Area Occitanie, l’Association régionale des entreprises agroalimentaires regroupe 310 entreprises de toutes les filières. Après la fusion il y a trois ans, la nouvelle équipe désignée en novembre 2019, a décidé de resserrer les liens en faisant de la proximité une priorité.

 

Resserrez les liens avec le numérique

Pierre Meliet, dirigeant de Florette Flood Services à Torreilles près de Perpignan qui a succédé à Didier Barral, dirigeant de la Compagnie du dessert, conduit cette action. Il est épaulé par deux vice-président, Xavier Mazet, le patron des Délices d’Aliénor à Gimont pour l’ex-Midi-Pyrénées et Serge Durand, pour l’ex-Languedoc-Roussillon, dirigeant d’Olives & Co à Nîmes. Florence Pratlong également vice-présidente est chargée de la formation. Sur chaque département, un chef d’entreprise avec un chargé de mission de l’Area, anime son territoire. Désormais tous les mois, un webinar, les 30 minutes de l’agroalimentaire, rassemble la communauté de l’Area Occitanie, animé par un expert, suivi par des échanges à distance. Le 9 décembre dernier la réunion virtuelle portait sur les migrations entre les emballages et les produits agroalimentaires.

Souci n°1, le recrutement

Au menu 2020 de l’Area Occitanie arrivent en tête les problèmes de recrutement ressenti dans toutes les filières. « C’est devenu le souci numéro 1 portant notamment sur les postes de maintenance, conducteurs de ligne » indique Vincent De Lagarde, délégué général de l’Area Occitanie. A l’échelle nationale, un programme d’action relayé par un site a été lancée, La Marque employeur, avec l’agroalimentaire, nourrissons notre avenir ». En région ce sont les chefs d’entreprises, une cinquantaine, qui vont dans les collèges, les lycées, les forums de l’emploi, porter les messages positifs sur les métiers auprès des jeunes.

Contrat de filière de l’agroalimentaire

Le 2ème sujet chaud émane du projet de contrat de filière sur l’agroalimentaire porté par la Région et l’Etat, co-piloté avec Coop de France avec une perspective à 2025. Lors du 1er séminaire organisé en septembre dernier, les forces et les faiblesses de la filière ont été mises sur la table. L’ambition est de développer une alimentation plaisir, plus saine, plus durable avec des entreprises créatrices de valeur. La filière souhaite restaurer la confiance des consommateurs, aller vers un pacte régional entre l’amont et l’aval et faire davantage pour l’attractivité. Un plan d’actions suivra ces bonnes paroles.  Globalement le secteur agroalimentaire reste dynamique avec un bon niveau d’investissement comme l’atteste les demandes de subvention faites au Conseil régional Occitanie. En 2019, les chiffres d’affaires devraient progresser de 3%. Concernant la crise porcine, elle impacte près de 70 entreprises régionales des salaisons, des plats cuisinés…qui ont du mal à répercuter les hausses des cours auprès de la distribution entraînant une baisse des marges. La demande chinoise a provoqué une flambée des cours, +40% sur un an pour les carcasses.  Elle devrait durer plusieurs années.