Audeline. Les glaces audoises au lait de brebis ont leur succès

L’équipe de la ferme du Bosc, autour de Félix et Carine Bossut, agriculteurs et co-dirigeants de l’entreprise. © Audeline.

Félix et Carine Bossut ont su valoriser leur production de lait de brebis en se diversifiant dans la fabrication de glaces. Devenus transformateurs, les agriculteurs Bossut vendent à des restaurateurs, des commerçants mais aussi à la grande distribution, tout en suivant des pratiques agroécologiques.

Les agriculteurs ont fait le pari, en 1995, de transformer leur lait de brebis en glaces. Six ans après l’installation d’un nouveau laboratoire dédié à la fabrication de ses desserts aux parfums attractifs (calisson et Fleur d’oranger ou figues et noix au miel), Carine et Félix Bossut sont satisfaits : « Notre chiffre d’affaires a augmenté de 30 % l’an dernier sur cette activité », révèle Carine Bossut.  Ces agriculteurs belges sont venus s’installer à Mayreville dans l’Aude en 1984. Pour acquérir la ferme du Bosc, ils sont passés de la production de lait à 100 % (cheptel de 350 brebis aujourd’hui) à une diversification vers  la transformation. Après 13 ans de production de yaourts , et constatant que les produits laitiers étaient complexes à gérer d’un point de vue commercial  (du fait de la pluralité des clients), les entrepreneurs ont décidé de se focaliser sur les glaces au lait de brebis : « dans les années 90, c’était vraiment étrange pour le consommateur mais aujourd’hui , le lait de brebis représente une alternative intéressante aux produits à base de lait de vache auxquels de plus en plus de consommateurs sont intolérants ou allergiques   », raconte Carine Bossut.  L’entreprise compte aujourd’hui  6 salariés. Le CA d’Audeline est de 600.000 €, et le CA global  de l’exploitation est de 750 000€. 40 % de la production de lait de la ferme, qui représente autour de 85 000 litres,  est destinée à la confection des glaces (contre 30 % l’année précédente). Le reste du lait est vendu à des fabricants de Roquefort. Les clients de ces glaces fermières : l’épicerie fine, les glaciers , la restauration et les GMS (Carrefour, Intermarché) pour lesquels une marque Sheepy a été créée  .

Des pratiques agroécologiques
La protection de l’environnement fait partie des valeurs fortes de la ferme : « nous ne sommes pas forcément convaincus par le label bio car nos glaces sont bonnes sans en avoir besoin. Par contre, nous agissons le plus possible en faveur de l’environnement : nous ne labourons plus nos terres, nous dédions des parcelles de notre propriété à l’agroforesterie, nous favorisons les matières premières de proximité et de qualité… » énumère Carine Bossut. D’un point de vue marketing, les glaces Audeline ont l’avantage d’être produites à la ferme de A à Z. Une transparence et une traçabilité de plus en plus appréciée par les consommateurs. Deux nouveaux parfums s’annoncent pour 2019. À découvrir au printemps prochain !