AUTOMOBILE : Aboard Engineering, expert dans le contrôle commande de moteurs.

 

« Notre cœur de métier, c’est le contrôle commande de moteurs thermiques, électriques ou hybrides » résume Dominique Loze, le dirigeant d’Aboard Engineering.

Spécialisé dans l’électronique embarquée, ce BE toulousain développe des algorithmes de contrôle et des logiciels, intervient dans la phase essais et mise au point, réalise des démonstrateurs. L’entreprise adresse plusieurs secteurs d’activité dont l’automobile en premier lieu, l’aéronautique, la construction navale. Son modèle économique allie prestations de sous-traitance,  participation à des projets de R&D collaboratifs et développement d’outils informatiques industriels.

Ainsi la PME est chef de file d’ORIANNE, un programme qui consiste à développer une plateforme générique de prototypage rapide pour des fonctions de contrôle moteur. Le projet, labellisé par les pôles de compétitivité Aerospace Valley et Mov’Eo bénéficie d’un financement FUI. 7 partenaires sont impliqués dans ce programme dont Renault, FH Electronics, l’IRIT…Aboard Engineering apporte sa contribution sur la partie systèmes,  logiciel et outils, détenant la PI sur ces éléments. La plateforme sera achevée début 2013 pour un lancement commercial immédiat.

Autre projet dans lequel le BE toulousain a été impliqué et qui est arrivé à terme : IQ FUEL (1). Piloté par Continental, il vise à mesurer les caractéristiques du carburant embarqué à bord de la voiture. Aboard a codé le logiciel intégré dans le capteur.

A l’issue de ce projet collaboratif, le produit est en phase de développement chez Continental qui  a confié de la charge de travail à la PME, « un comportement qui mérite d’être souligné car trop peu de grands groupes, une fois les programmes collaboratifs terminés, font bénéficier les petites entreprises de retombées industrielles » commente Dominique Loze.

La société est partie prenante de SYRENA, projet porté par Turboméca (labellisé par Aerospace Valley, financé par le FUI) dont l’objectif est de mettre au point un nouveau système de régulation de turbines d’hélicoptères. Pour ce programme, Aboard évalue l’opportunité d’utiliser des capteurs automobiles, sélectionnant des prototypes et des cibles qui seront intégrés sur un banc d’essais chez Turboméca.

Depuis plusieurs années, la PME s’investit également dans un projet aux côtés de MCE-5 (basée à Lyon) afin de développer un moteur automobile à taux de compression variable. « Nous développons l’électronique de pilotage » de ce moteur très innovant, précise Dominique Loze en évoquant l’intérêt d’optimiser la combustion pour économiser  l’énergie et réduire les émissions de CO2.

D’ailleurs, plusieurs partenaires de MCE-5, dont Aboard Engineering, se sont regroupés au sein du GIE Everest Team (2), qui met en commun leurs compétences respectives dans les domaines complémentaires que sont la mécanique, l’électronique, les calculs et la simulation, la combustion, la fabrication et les essais de moteurs prototypes ou série.

Dans le portefeuille clients d’Aboard, on peut citer Paulstra (filiale d’Hutchinson) pour qui Aboard mène une étude avancée dans un cadre encore confidentiel..

Aboard Engineering a entrepris de proposer ses services au secteur de l’aéronautique. C’est ainsi que la PME toulousaine travaille depuis peu avec Comat Aerospace sur la commande électronique d’un thermo-réacteur prototype ainsi qu’avec Liebherr Aerospace sur un modèle de commande de moteur électrique.

Employant une douzaine de salariés, Aboard Engineering consacre beaucoup d’énergie à la R&D. Son dirigeant milite pour de meilleures relations entre les PME et les grands groupes qui, en Allemagne, « jouent collectif » avec les petites structures, les amenant progressivement à la taille d’ETI. « Un accompagnement ancré dans leur culture  et qui fait malheureusement défaut en France » conclut Dominique Loze.

Emma Bao
Diffusé le 23 octobre 2012

 

(1)          : Projet labellisé par Aerospace Valley et Euripides et  financé par la DGCIS côté France

(2)           : Everest Team fédère 7 entreprises aux compétences complémentaires.