AV Simulation, la filiale d’Oktal fournit des outils pour simuler les millions de cas d’usage des véhicules autonomes

Le simulateur Roads permettra de vérifier si les alarmes incitent bien le conducteur à reprendre la main le véhicule

Fin 2019, AVS (Autonomous Vehicule Simulation)  livrera le simulateur de conduite Roads (Renault Optimization Autonomous Driving Simulator) au Technocentre de Renault à Guyancourt pour concevoir et tester le véhicule autonome du futur. Ce sera le plus performant au monde en termes d’accélération et vitesse de déplacement. AVS a été créé en 2017 par Oktal, la filiale simulation du groupe Sogeclair, et Renault qui a pris 35% dans cette co-entreprise. Le constructeur français va investir près de 25 millions d’euros sans compter le bâtiment dédié pour s’équiper.

Les essais sur route  des voitures autonomes ne vont pas suffire pour franchir les cinq étapes vers l’automatisation totale des véhicules sur route ouverte. La complexité et le nombre de scénarios rencontrés par un véhicule sont phénoménaux en prenant en compte le comportement humain. « Seule la simulation permettra de tester sur une dizaine de millions de km l’absence d’accident d’un véhicule autonome » résume Laurent Salanqueda, le directeur général d’Oktal. AVS est l’un des rares acteurs dans le monde à développer à la fois l’environnement logiciel avec son produit SCANeR et le simulateur haute performance clé en main. Avec cette plateforme de simulation, les clients, les constructeurs, les ingénieristes et les centre de recherche peuvent prendre en compte et tester de multiples scénarios et notamment en situation dégradée (météo, accidents, pannes…). SCANeR  inclut  une bibliothèque de capteurs (lidars, ultrason, caméra, radar…) paramétrables, des bases de données  dynamiques, plus de 200 modèles de voitures, avec des fonctions pour inclure entre autres les conditions météorologiques et de visibilité…afin de créer un environnement virtuel très proche de la réalité physique.