BATIMENT ECONOME : Les futurs locaux de TBC en énergie positive

C’est un des premiers bureaux d’études français indépendant dans le domaine de la R&D sur le bâtiment durable. Avec un chiffre d’affaires de 1,6 Meuros, TBC qui emploie 22 personnes devrait recruter en 2011 trois collaborateurs supplémentaires.

Pour accompagner une forte croissance de l’activité, l’entreprise a fait rentrer dans son capital Multi Croissance qui a apporté 350 000 euros en obligations convertibles. La société est mobilisée sur plusieurs projets de recherche, certains ayant conduit à la création d’entités juridiques pour continuer à assurer le développement et la diffusion commerciale de concepts et outils innovants.

Intégrer l’énergie grise dans une construction durable

 

Parmi les thématiques d’actualité, TBC travaille sur l’application des produits qui permettront d’atteindre la norme RT 2012 et sa suite, la Haute performance environnementale 2016 et la RT 2020. Cette dernière imposera des bâtiments à énergie positive, ce qui induit des approches et solutions nouvelles pour aboutir à une inversion : optimisation du photovoltaïque, matériaux bio-sourcés… 

« Un des objectifs est de faire mieux avec moins » résume Jean-Pierre Loustau, PDG, en évoquant la limitation de « l’énergie grise » c'est-à-dire des consommations liées au matériau employé (extraction, fabrication, acheminement…). Il faudra faire la balance entre performance d’un éco-bâtiment et niveau d’énergie grise dépensé.

Une approche systèmes pour la rénovation des logements collectifs

 

Autre sujet phare : la rénovation des maisons individuelles et des logements collectifs. A ce propos, est engagée une réflexion à l’échelle européenne pour trouver le moyen de traiter un chantier de multilogements comme on aborderait un objet industriel. Deux paramètres clés sous-tendent cette recherche, le maintien des personnes dans leur appartement et la maîtrise des coûts. Pour relever ce défi de taille compte tenu du parc à rénover en France et en Europe, il faut imaginer des solutions systèmes pertinentes. Chaque intervention sur une construction ancienne nécessitant du sur-mesure, passer à un processus industriel suppose qu’on s’affranchisse du support. Il faut raisonner enveloppe avec l’intégration d’équipements performants.

Dans le cadre d’un contrat de l’ANR, TBC est aussi associé à un projet sur les « méthodes inverses » en collaboration avec le laboratoire Trèfle, l’Ecole des Mines d’Albi, l’Université de La Rochelle. En fait, par rapport à un futur bâti, on part de l’objectif final (un prix au m2, une dépense thermique, un niveau de consommation d’énergie grise) pour définir en amont les principes constructifs concourant au résultat souhaité. Cette fonction sera d’ailleurs implémentée dans la 3ème version du logiciel Archiwizard édité par Raycreatis.

Le bureau d’études toulousain est également partie prenante d’EBENE, un institut de recherche sur l’énergétique du bâtiment. Ce projet en cours de finalisation fédère plusieurs acteurs dont des  PME, l’EMAC, le réseau ARMINES. La structure fonctionnera avec un financement public/privé.

L’événement à court terme, c’est aussi l’emménagement dans de nouveaux locaux sur Andromède (à proximité du Centre de formation de l’industrie). TBC va réaliser son propre bâtiment (1000 m2) à énergie positive. Le surcoût d’une conception bio-climatique ne devrait pas dépasser 10% par rapport à un bâti traditionnel. Tout le savoir-faire du BE sera mis en pratique dans cet ensemble immobilier. L’Ecole d’Albi avec l’appui de la Fondation Bâtiment Energie instrumentera l’ouvrage pour vérifier le bon fonctionnement  de l’ensemble des paramètres concourant à cette construction durable.

 Emma Bao

Diffusé le 22 décembre 2010