BATIMENT : Prat SA pilote l'usine de maintenance du TGV à Tanger

Jacques Prat est allé chercher de l’autre côté de la Méditerranée, au Maroc, un nouveau souffle pour son bureau d’études toulousain spécialisé  en structures avancées. Deux chantiers phares occupent aujourd’hui les équipes toulousaines et de la filiale marocaine à Rabat : l’usine de maintenance du TGV à Tanger et un pont suspendu avec la technologie haubanée au-dessus du Dadou à Graulhet.
Pour ces deux projets, c’est Prat SA qui a monté le projet clé en main. « Nous prenons maintenant davantage d’affaires clé en main pour des abris métallo-textiles destinés à l’industrie, la couverture de surfaces commerciales » explique le fondateur animateur de l’entreprise, Jacques Prat. En 2012, l’activité devrait progresser d’environ 20% approchant les 800 keuros.
Au Maroc pour le compte de l’Office national des chemins de fer, J. Prat et Saad Skali ont constitué le groupement d’entreprises qui a gagné la maîtrise d’œuvre de l’atelier de maintenance du TGV marocain, d’un montant d’une soixantaine de millions d’euros, contre 14 autres groupements concurrents, français, japonais, allemands, turcs, espagnols…C’est donc « le petit poucet » qui pilote l’équipe comprenant Arep, la filiale d’architecture de la Sncf et Systra, des références mondiales dans le domaine de la grande vitesse avec le concours de sociétés marocaines leaders, TGCC et Jetalu, chargées de la réalisation.
Prat SA est responsable du clos couvert avec les systèmes de levage des trains, utilisant une structure textile pour une utilisation maximum de la lumière naturelle. L’atelier s’étend sur plus de 250 mètres de long avec 15 000 m2 de surfaces couvrant les ateliers et 1000 m2 de bureaux. Un ouvrage très complexe réalisé sur un sol marécageux et sismique, appelé à servir à la maintenance des rames et de la motrice du TGV. Les études ont démarré en 2012 avec une livraison prévue fin 2014, précédant l’ouverture de la ligne Tanger-Rabat en 2015. 
Le second projet clé concerne la maîtrise d’œuvre de la passerelle enjambant le Dadou à Graulhet pour le compte des collectivités locales et la Sem 81. 70 mètres de portée au-dessus de la rivière, 120 mètres au total, reliant  deux quartiers, le projet a de l’allure. Il s’inscrit dans un grand projet de rénovation fluidifiant les flux d’un bord à l’autre avec des groupes scolaires, un cinéma et  des quartiers d’habitation. C’est Construction St-Eloi à Colomiers qui produira les composants métalliques avec une structure haubanée qui sera poussée sur des rouleaux jusqu’à leur point d’élévation, suivie par le câblage de la structure. La livraison est attendue pour la fin 2013. Ici « c’est la réputation de notre bureau d’études qui a incité les cabinets d’architecture Epure et Alliage à faire appel à nos compétences » note J. Prat.
JL. Bénédini

Diffusé le 30/08/2012