BIOTECHNOLOGIES : le centre Pierre Potier-Itav n'a pas d'équivalent en Europe

 
En prenant l’appellation Centre Pierre Potier accolée à l’ITAV, c’est un hommage qui est rendu à ce chimiste de la région découvreur des substances naturelles végétales à l’origine des anti-cancéreaux Navelbine et Taxotère mais aussi fervent promoteur du transfert de technologies entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée. Un rôle que jouera l’ITAV, « structure originale sur plusieurs plans » commente Alain Boudet, coordinateur du projet et professeur de biologie à l’UPS.
L’opération a été engagée à partir des besoins exprimés par la communauté scientifique, partisane d’une interdisciplinarité entre la biologie et les sciences de l’ingénieur. Autre élément différentiateur qui est une première en France, le regroupement dans un même bâtiment d’un laboratoire de recherche dédiée à l’innovation et d’une pépinière d’entreprises à vocation biotechnologies. Une promiscuité qui favorisera la valorisation des résultats de la recherche, l’émergence et la mise au point de produits. Incarnation même de la transversalité, le Centre est le fruit d’un partenariat entre différents acteurs que sont l’Europe, l’Etat, les collectivités locales, le CNRS, l’Université…
Opérationnel depuis cet été, l’établissement abrite une pépinière d’entreprises pouvant accueillir une douzaine de sociétés (2 start-up, Dendris et Ederna y ont élu domicile), des services avec 3 plateformes de technologies avancées (nano-biotechnologies, chimie de synthèse combinatoire, imagerie multiphotoms), un hôtel à projets. Ce dernier hébergera temporairement des équipes internationales de recherche interdisciplinaire. Offrant ainsi un cadre propice à l’inventivité, à l’imaginaire, à la découverte, laquelle ne se décrète pas. « Le Centre Pierre Potier a aussi cette mission de soutien de la recherche à risque, très en amont de l’applicatif » souligne Alain Boudet.
En cohérence avec le plan Nano Innov, une équipe d’une vingtaine de chercheurs du Laas et de l’Insa s’est déjà installée au sein de l’ITAV pour travailler sur les nanobiotechnologies.
Des appels à projets vont être lancés pour faire venir sur le site de nouvelles équipes.
But à atteindre : que les meilleurs mondiaux dans leur spécialité choisissent Toulouse !