Business Diner. Les petits plats dans les grands au CFA de Blagnac

Michèle Raymondis, Pierre-Marie Hanquiez et Marie-Claude Augier.
80 personnes ont participé au Business Dîner du CFA de Blagnac.

Ce mardi 24 septembre, les adhérents du Medef Haute-Garonne étaient invités à une rencontre conviviale au CFA de Blagnac. 80 personnes étaient au rendez-vous : accueil, animation et dîner de grande qualité, merci aux apprentis !

 

Le dîner de rentrée au CFA de Blagnac fait partie des rendez-vous clés organisés par le Medef Haute-Garonne. Le centre de formation dédié aux commerces et aux services a une nouvelle fois ravi ses convives : une animation originale et rondement menée autour des spécialités gastronomiques de la région, un dîner délicieux avec un service professionnel… les apprentis ont démarré leur année avec brio et ont d’ailleurs été applaudis à la fin de la soirée, ainsi que leurs formateurs.

Passage de relais
Cette soirée était aussi l’occasion pour Pierre-Marie Hanquiez, le président du Medef Haute-Garonne, de remercier Marie-Claude Augier pour son dévouement : l’ancienne présidente du CFA de Blagnac tenait les rênes de la maison depuis trente ans. Son parcours et son militantisme ont été mis en lumière par Pierre-Marie Hanquiez : Marie-Claude Augier a rejoint l’union patronale en 1980. C’est Michèle Raymondis qui prend sa suite à la présidence du centre et qui s’est d’ailleurs aussi exprimée pour accueillir l’ensemble des convives et présenter le CFA, ses succès et ses enjeux.

Les trois points positifs de la nouvelle organisation de la formation
Tout en observant, en accord avec Michèle Raymondis, les risques de concurrence liés à la nouvelle loi sur l’apprentissage, le président Pierre-Marie Hanquiez a jugé globalement positive la nouvelle organisation de la formation annoncée par l’Etat." Nous restons cependant vigilants sur la vision centralisatrice de l’Etat pour la mise en œuvre opérationnelle de la loi : centralisation de la gouvernance et des financements, emprise de France Compétences sur l’organisation et le fonctionnement des OPCO. Le premier point positif : entrer dans une logique d’offres et de demandes par le financement au contrat, et ainsi former en fonction des véritables besoins du marché.Le second point positif : donner de l’autonomie et de la liberté aux CFA à la fois en termes d’organisation et en termes d’innovation pédagogique afin de faciliter la prise en compte de parcours individualisés. Enfin, la simplification des règles d’exécution du contrat et du système d’aide aux employeurs est le troisième point positif. Les CFA devront être encore plus en lien avec leurs entreprises partenaires pour être attentifs aux futurs besoins en compétences, aux métiers de demain. La réforme ouvre des possibilités d’innovations pédagogiques à explorer pour les CFA, pour rendre l’apprentissage encore plus attractif à la fois vis-à-vis de l’entreprise comme de l’apprenti.Leur mission d’accompagnement vers le monde économique est renforcée et sera un de leur levier de développement, au bénéfice des entreprises. "