Carrefour signe avec 5 coopératives une filière viande bovine Label Rouge

Les dirigeants de Carrefour avec ceux des Coopératives régionales

C’est un accord très attendu par les éleveurs que vient de signer le groupe Carrefour et cinq coopératives régionales le 17 décembre dernier au magasin de Labège. Dès janvier 2020, une filière viande bovine Label Rouge se met en place. Elle va concerner les rayons boucheries d’une quarantaine de magasins dans le Sud-Ouest. De la viande Label Rouge issue d’un élevage à moins d’une cinquantaine de kilomètres du magasin sera proposée en blonde d’Aquitaine, Limousine, Aubrac, Salers….

 

« C’est un changement fondamental pour les producteurs.  On combine ainsi un juste prix en toute transparence avec un indicateur de qualité reconnu. Il y un engagement sur le prix, la durée, le volume et la qualité » mentionnait Pierre Cabrit, éleveur de veau dans l’Aveyron et le Ségala, président de Fil Rouge Sauveur, la Fédération interprofessionnelle des Labels Rouge, Bœuf, veau et agneau. Le contexte pour les éleveurs de viande est particulièrement difficile, secoués par la déconsommation de viande et l’agribasching. Cet accord après deux ans de discussion est l’aboutissement des plans de filière et des Etats généraux de l’alimentation. Il tend à répondre à la fois aux attentes des consommateurs pour des productions locales de qualité et des producteurs, réclamant une rémunération juste de leur travail.

Du côté du distributeur, les attentes sont aussi fortes. L’enseigne est déjà engagé sur 115 filières Qualité Carrefour (FQC) en regroupant 18 000 producteurs, avec une traçabilité jusqu’au magasin, une juste rémunération et des débouchés réguliers. « On a commencé en 1992 avec des filières dans le fromages, les légumes. En 2019, on accélère, nous avons lancé 15 nouvelles filières dans toute la France dans le poisson, l’huile, le champignon, le potiron. On utilise la blockchain pour la traçabilité. Pourquoi ?  Nos clients sont en quête de transparence, nous leur proposons des produits de qualité avec du goût, produits par des passionnés » résumait Corine Henri Munoz, directrice Produit Frais Carrefour qui pilote au niveau du groupe les FQC. L’objectif est bien de vendre et faire du volume en créant une image valorisante autour des productions. Encore faut-il le faire savoir ! Sur ce point les directeurs de magasins présents sont prêts à accueillir les éleveurs au contact direct du consommateur. « A nous de saisir cette opportunité. Mais les meilleurs ambassadeurs ce sont les producteurs » indiquait Fabrice Lobbe, directeur du magasin Carrefour de Labège.