Clinique Pasteur. L'innovation digitale au service de l'humain

Centre cardiologie clinique Pasteur. crédit : Arnaud Späni

A la demande du gouvernement, le directeur de la clinique Pasteur Dominique Pon a planché sur le volet numérique de la réforme du système de santé pour 2022. Ses propositions ont été retenues et annoncées par le président Macron en septembre dernier. Dédiée à l’innovation et guidée par des valeurs humanistes et éthiques, la clinique Pasteur a  une longueur d’avance sur le plan digital, technologique et organisationnel.

Dans toutes ses réflexions et initiatives, Dominique Pon priorise l’humanisme et l’éthique : « Nous visons un service de santé le plus éthique possible », insiste le directeur de la clinique Pasteur. Celui-ci a rejoint l’établissement en 2001 en tant que responsable informatique.  Dès son arrivée à la clinique, le Montalbanais s’est intéressé au développement du dossier médical informatisé, outil  encore en place dans la clinique, qui consiste à rassembler toutes les données du patient en un seul document digital. Ce sont actuellement 55 000 patients qui ont créé leur espace numérique de santé à la clinique Pasteur. C’est aussi sous l’impulsion de Dominique Pon que la clinique Pasteur est devenue le site de démonstration des solutions Dopa-Sys : un outil de prescription informatisée manuscrite intégré dans le système d’information hospitalier (SIH). Cette solution a été adoptée par Siemens Health Service qui a acquis la société CPSys, filiale de la clinique Pasteur spécialisée dans le dossier patient informatisé.

Un espace numérique de santé personnel, fiable, sécurisé

Précurseur sur les sujets de la santé digitale, on comprend mieux pourquoi Dominique Pon a été nommé, aux côtés d’Annelore Coury directrice déléguée à la gestion et à l'organisation des soins de la Cnam, pour piloter le chantier numérique de la réforme en cours, appelée « Ma santé 2022 ». Les propositions de l’informaticien ont été retenues et annoncées en septembre dernier par le président Emmanuel Macron et la ministre Agnès Buzyn. De quoi s’agit-il ? « Nous voulons proposer un espace numérique de santé personnel, fiable, sécurisé, pratique, pour permettre à n’importe quel citoyen français de gérer sa santé tout au long de sa vie. »  D’après Dominique Pon, les données médicales  doivent être restituées au patient : «  C’est la meilleure façon de donner au citoyen le moyen de redevenir acteur de sa santé. » Evidemment, l’éthique est une constante sur ces sujets, mais Dominique Pon est confiant : « Nous avons en France les meilleurs chercheurs sur l’éthique du numérique. Des gens comme Jérôme Béranger (cofondateur du label Adel, ou Algorithm Data Ethics Label, NDLR) qui est chercheur à l’Inserm de Toulouse. » Autre avantage de ce nouveau service digital en gestation, l’accès à de nombreuses ressources éducatives  référencées et validées par les pouvoirs publics, pour aider le patient à prendre soin de lui, pour l’inciter à la prévention, dès le plus jeune âge. De sa naissance jusqu’ à sa mort, son historique de santé est mémorisé et sert une prise en charge médicale plus efficace dans n’importe quelle situation, comme en cas d’urgence, de déménagement...

Un accélérateur de start-up dans les murs de la clinique
Rien que par son statut et sa gouvernance, la clinique Pasteur se démarque : indépendante, la clinique appartient aux médecins qui sont tous actionnaires. Depuis toujours, les actionnaires de la clinique ne perçoivent pas de dividendes. Celle-ci fait partie du groupe national coopératif Santécité, présidé par Dominique Pon. « L’ouverture vers l’innovation vient de l’intérieur. Ce n’est pas moi ! Les initiatives viennent des collaborateurs, je me charge juste de les soutenir ! » explique le directeur qui a été le seul, à sa connaissance, à abriter un accélérateur de start-up numériques dans ses murs. Lancé en 2015, le Hi-Lab soutient sept à huit entrepreneurs développant des projets numériques dans le secteur de la santé. MedinBox (captation vidéo lors d'opérations chirurgicales), MHCom (coordination des parcours de soin via le numérique) en font partie. Le caractère innovant de la clinique est aussi dans ses équipements technologiques, comme le Cardio Center inauguré en octobre 2017 qui, sur 7 étages, abrite toutes les étapes d’un soin cardio, de l’urgence au bloc opératoire.  Un investissement global de 40 M€ qui comprend, entre autres, un service d’imagerie 3D  dernier cri (partenariat avec GA HealthCare). Autre dimension innovante à la clinique Pasteur : la montagne d’initiatives en faveur du développement durable : la lutte contre le gaspillage, les économies d’énergies, un grand potager sur le toit…

 

Chiffre clés
71500 patients par an
570 lits (en hospitalisation traditionnelle, en ambulatoire, à domicile)
1500 professionnels dont 200 médecins
CA 2017 : 110 M€
13 M€ d’investissement en 2017