Conférence de presse Top Eco 2022 : une rentrée sous le signe de l’optimisme

La sortie de la 34 ème édition du Top Eco, le repertoire des entreprises et décideurs édité par le Medef31, est l'occasion pour le président du Medef Pierre-Olivier Nau de présenter l'ouvrage aux journalistes mais aussi de donner le ton de la rentrée économique avec les représentants de branche à ses côtés. 

Le Top Economique est le guide des entreprises réalisé chaque année en interne depuis 34 ans. Ce répertoire devenu une référence en Occitanie (190 pages ; 25 €) comprend un fichier de 1300 entreprises classées par chiffre d’affaire et par activité et l’annuaire des services aux entreprises (administrations publiques et privées). Aussi disponible sous version numérique, le Top Eco sert d’outil marketing pour des missions de prospection mais aussi d’annuaire de contacts locaux pour les personnes à la recherche d’un emploi ou d’un stage. Toutes les données sont réactualisées chaque année, ce qui en fait une référence. Une conférence de presse a été organisée pour présenter cette 34 ème édition. C’était aussi l’occasion pour le président Pierre-olivier Nau de faire le point sur la situation économique de la rentrée. 

Approvisionnement et recrutement : les problématiques de la rentrée
Autour du président du Medef Haute-Garonne, Pierre-Olivier Nau, les présidents ou représentants des branches  du bâtiment, de l’industrie, du numérique, de l’ingénierie ont donc donné le pouls de la situation dans leur secteur.
Le président de la Fédération du bâtiment FBTP Haute-Garonne Emile Noyer a rappelé les difficultés de début de crise (arrêt d’activité pendant trois mois) pour ses adhérents qui pèsent 7 % du PIB du département (35 500 salariés). Il constate un bon rythme de reprise depuis juin 2020 avec une majorité d’activité sur l’entretien et la rénovation (56%).  Côté construction neuve, celle-ci concerne surtout les bâtiments industriels et le tertiaire. Contrairement à ce que l’on pouvait prédire, les constructions de bureaux et bâtiments agricoles ont affiché de fort taux d’augmentation de 65 % entre 2020 et 2021. Les maisons individuelles ont aussi fortement grimpé avec + 40 % entre 2020 et 2021.

4 500 postes à pouvoir dans le bâtiment
La rareté du foncier, les problèmes de recours sur les permis de construire, l’annulation du PLUIH et les problèmes de main d’œuvre freinent l’activité, notamment sur la construction neuve. 4 500 postes restent à pourvoir aujourd’hui dans le département et les difficultés de recrutement demeurent, malgré les efforts de la fédération pour gagner en attractivité auprès des jeunes. La pénurie des matières premières inquiète aussi la profession, surtout pour les appels d'offres des prochains programmes privés. 


Industrie : une branche optimiste qui cherche à recruter
Récemment réélu à la présidence de l’UIMM MP Occitanie, Bruno Bergoend a exprimé un fort optimisme  même si l'indstruie en Occitanie a été  fortement impactée par la crise (avec une baisse myenne d’activité de 30 % dans l’aéronautique). L’essor du marché des avions cargo mais aussi le bon niveau de commande d’avions commerciaux d’Airbus (600 appareils annoncés en 2021), la R&D sur la transition énergétique, le programme Zero émission… autant d’éléments qui rassurent la branche de la métallurgie. Les adhérents sont aussi pénalisés par des difficultés de recrutement puisque 50 % d’entre eux confirment ne pas trouver de candidats. La crise sanitaire a fait émerger des activités aujourd’hui en plein essor comme le traitement de l’eau, les énergies renouvelables, le spatial, etc.

Syntec ingénierie : une hausse des commandes très encourageante
Les entreprises de l’ingénierie numérique en Occitanie (4 Mds € de CA en région) ont été fortement impactées elles-aussi par la crise sanitaire avec une baisse d’activité de 11% et qui a baissé au-delà de 50 % pour les services aux entreprises de l’aéronautique ou de l’automobile. Mais le président Philippe Frey exprime sa confiance dans la reprise avec une hausse des commandes de 25% : « c’est très encourageant pour nous et pour l’économie de façon générale car nous nous situons en amont de la chaîne d’activité. » Sur tous les secteurs, un retour vers le niveau d’activité de 2019 s’annonce, sauf pour l’aéronautique, l’aérien, et l’automobile.  

Le Syntec numérique veut rester compétitif à l’international
Pour les ESN, les éditeurs de logiciels et consultants du numérique, une croissance de 4,8 % se dessine pour 2021, contre -4,6 % en 2020. Frédéric Honnorat, qui représentait la branche Occitanie lors de cette présentation, a présenté les actions de la branche pour faire rayonner les compétences locales vers l’international ou attirer des entreprises sur le territoire. Le recours au télétravail a fortement transformé l’organisation du travail dans ce secteur.