Continental Digital Services France : en mode start-up pour développer les services de la voiture connectée

Projet ehorizon en cours de développement

Un peu plus d’un an après le lancement de Continental Digital Services France, cette filiale à 100% de Continental emploie à Toulouse plus de 150 experts. Ils développent les services de mobilité de la voiture connectée illustrant le modèle de disruption innovante en cours dans l’entreprise. Les recrutements vont se poursuivre en 2018 et au-delà. Si le siège de cette nouvelle business unit, Intelligent Transport System (ITS), est installé aux Etats-Unis à San José dans la Silicon Valley, Toulouse  est le plus gros site, le centre d’excellence mondial.

«Le but n°1 du véhicule autonome est de baisser l’accidentologie représentant 1,2 million de morts chaque année dans le monde dont 94% résulte d’une intervention humaine. La machine sera plus précise que l’homme » précise en préambule Antoine Jouin, l’ex-président de Continental Automotive France. Le virage stratégique dans les services et les applications de l’équipementier automobile est impressionnant.  Le fabricant de pneumatiques et de systèmes électroniques embarqués du véhicule, est présent en France avec 14 sites, 8000 salariés et en Occitanie, 3 sites, plus de 3000 salariés dont 2500 à Toulouse, 3500 avec les intervenants extérieurs.  Les moyens mobilisés sont à la mesure de l’enjeu, être au rendez-vous de la voiture connectée ciblée par les acteurs traditionnels de l’automobile et toute une série de nouveaux acteurs issus du numérique dans le monde entier. Face à ces nouveaux concurrents, Continental revendique la maîtrise technique de l’électronique du véhicule. « On va connecter cette architecture électronique vers le monde extérieur et les applications pour apporter de la sécurité, du divertissement, du confort ». L’idée est d’aller au-delà de la capacité des capteurs actuels des véhicules, 150 m à 200 mètres. Un des projets a été dévoilé il y a un,  e-Horizon. Les véhicules se connecteront entre eux, avec le cloud, les infrastructures. Un prototype a été développé en partenariat avec Météo France