Continental : les futurs services de la voiture connectée développés à Toulouse ?

eHorizon Weather associe l'info météo et celle du véhicule

Si vous aviez un doute sur le virage dans le développement des services de Continental, une petite visite au CDSF, Continental Digital Services France, sur le site de Mirail à Toulouse, serait édifiante. Dans cette ruche s’affairent 175 personnes au sein d’un bâtiment dédié dans des espaces de travail favorisant la créativité et l’échange maximum. CDSF fait partie de la business unit ITS, International transport Services. Si son siège est à San José en Californie avec des équipes en Allemagne, Munich et Regensburg, à Singapour, au Japon, à Chengdu en Chine, Toulouse a été choisie par Continental pour y mobiliser l’essentiel de ses compétences afin d’y fabriquer toute une série d’applications pour la voiture connectée à l’échelle mondiale.

« C’est une super opportunité pour la région. On s’insère dans l’écosystème local du transport aéronautique, spatial et automobile qui s’est étoffé avec l’arrivée d’Easymile, le retour de Renault (à l’origine du site en site en 1979), la présence de laboratoires comme le Laas » relate Jérôme Boyer, le CEO de CDSF. Le but est de contribuer au futur pour une mobilité plus propre, plus sûre avec moins d’accident et confortable en étant une référence mondiale, par la création de nouveaux services, par l’enrichissement des produits actuels en les connectant au monde extérieur. Là les équipes n’ont qu’à « piocher » dans le savoir-faire de Continental à Toulouse et ailleurs, en tant qu’architecte électronique du véhicule et fournisseur mondial d’ABS, de contrôle moteur, de cockpits, …

Pour créer de la valeur, CDSF se concentre notamment sur les services eHorizon au-delà de la capacité des capteurs embarqués soit 200 à 300 mètres du véhicule. Les données provenant de l’extérieur, des infrastructures, de tous les autres véhicules… sont récupérées dans le cloud, traitées avec des outils comme l’intelligence artificielle pour redescendre vers le véhicule, à l’image d’un service comme Waze mais là sans intervention humaine car complètement automatisé et bien plus enrichi.  Dans le portefeuille de services, figurent déjà près d’une vingtaine de Uses Cases. La prédiction au-delà des 300 mètres porte à la fois sur des éléments statiques, un trou dans la chaussée, une route mouillée, la présence de verglas ou dynamique avec tous les autres véhicules dans le trafic. La qualité et la précision de la cartographie joue un rôle central.  CDSF vise à localiser les véhicules à 10 cm prés quel que soit son environnement, comme en ville dans un trafic intense où tout est réuni pour dégrader l’intégrité du signal. Un régulateur de vitesse intelligent sera capable de réagir et freiner si besoin bien avant le conducteur limité par sa vision physique. Un autre service l’informera s’il peut doubler dans le trafic. Demain, le conducteur aura une solution complète de parking, qui lui détectera une place de stationnement libre adaptée à la taille de son véhicule, dans un parking en la réservant, en la payant ou encore plus fort dans la rue, on street !  « 30% des véhicules qui roulent en ville cherchent une place de parking » indique J. Boyer. D’autres services sont par exemple liés au comportement du conducteur. Avec Meteo France, Continental a noué son premier partenariat avec eHorizon Weather, associant l’info météo et celle du véhicule. Près de 500 en sont équipés et roulent quotidiennement. D’autres partenaires sont dans la boucle, comme des gestionnaires de parking, de flottes, entre autres.