CREATION DE JEUX SUR MESURE : Abeilles : gagner des parts sur le serious game, produire des jeux et dessins animés sur la santé sous licence propre !

 


 

Tout a commencé en 2003 avec l’édition d’un premier jeu de société sur les gestes qui sauvent face aux accidents domestiques. Deux ans après, la société fondée par Christian Molinari et Pierre Sabin étendait son offre à la communication par le jeu ciblant les entreprises et les collectivités locales. BNP Paribas a ouvert la voie, commandant un jeu pour le lancement de  sa formule garantie des accidents de la vie. Les créations dédiées se sont ensuite enchaînées.

Le marché des serious games est en forte croissance, les acteurs économiques choisissant ce canal pour former et sensibiliser de manière ludique et pédagogique sur des thématiques réputées austères comme la finance ou la santé…Ainsi, l’université Paris 13 a fait appel à Abeilles pour développer un jeu web sur les métiers d’internet  avec une déclinaison pour smartphone. «Une bonne immersion dans l’univers de l’entreprise cliente est indispensable pour bien maîtriser le métier et le message à faire passer. » « Il nous aura fallu plus d’un an pour finaliser le Serious Game sur la formation à la finance d’entreprise à destination des salariés des Laboratoires Pierre Fabre ».

Les sujets les plus récurrents traités sous forme de jeux sont la santé (gestes qui sauvent, la nutrition, la sécurité routière), l’environnement, la biodiversité…Pour la finale de la Danone Nation Cup 2012  (coupe du monde de football des 10-14 ans organisée à Varsovie), Abeilles a développé des jeux géants autour de la nutrition qui vont être aménagés sur place. La fondation Vinci a choisi, pour une opération vacances d’été, d’offrir sur les autoroutes un jeu de cartes sur la sécurité routière (110 000 exemplaires) développé par Abeilles, de quoi divertir les enfants tout en les sensibilisant. A la mairie de Vernier en Suisse a été fourni un jeu sensibilisant les adolescents sur la sexualité, les réseaux sociaux, les études, Internet, les addictions…Un jeu de société sur le développement durable a été livré à l’UDAF 91.

Sur la partie édition grand public, la PME a une politique de licences sur tous ses jeux (santé, développement durable…). L’objectif est de développer des dessins animés sous licence, avec une première création sur les gestes qui sauvent. Un dossier est en cours d’élaboration pour le déposer au Centre National Cinématographique et des financements sont actuellement recherchés.

Emma BAO
Diffusé le 27 septembre 2012

 

A noter :

-Effectifs : 5 personnes

-CA 2011 : 580 000 € (+50% de croissance), maintien prévu en 2012.

-Parmi les références clients : BNP Paribas, Lafarge, Symantec, Danone, Sanofi, Vinci, Bic, EDF, EADS Astrium, Generali, Tefal, Total, Gema, Renault, Pizza Pai…

-Le support papier tient son rang par rapport au serious games, même si ce marché progresse

Encadré 2

Etre joueur soi-même !

Pierre Sabin a une licence d’astrophysique, formation complétée par un master en finances. Christian Molinari est expert-comptable et également titulaire d’un master en finances.

La passion du jeu a réuni les deux dirigeants de l’entreprise qui pour exercer ce métier, listent les qualités suivantes : être joueur soi-même,  avoir de l’imagination pour découvrir les mécanismes de jeu, être rigoureux, avoir un bon relationnel avec les clients, trouver des solutions simples, rapides,  accessibles au plus grand nombre.

 

 

 

Encadré 2

Lancer un produit grand public sur les gestes qui sauvent

Parmi les projets d’actualité, Abeilles travaille sur un serious game pour la formation au secourisme et aux gestes qui sauvent. « Notre objectif est de faire une version grand public, ce qui suppose de trouver des financements à hauteur de 250 à 300 000 € pour développer ce produit propre » souligne Christian Molinari. Si les collectivités publiques apportent leur soutien financier, le jeu pourrait être pour la rentrée scolaire 2013.

L’idée est que pour seulement quelques centimes d’euros par an, le plus grand nombre sache pratiquer les premiers secours (1). Les pompiers et les enseignants sont dans la boucle, les Ministères de l’Intérieur et de l’Education seront sollicités pour valider le programme. Avec cette solution, Abeilles deviendrait leader sur le segment multimédia de formation aux gestes qui sauvent.

Le principe pourra facilement s’adapter aux entreprises, en le déclinant sur les risques métiers et la prévention des accidents professionnels.

 

(1)           : les accidents domestiques causent plus de 10 000 morts/an ; et 40 000 personnes meurent chaque année d’un arrêt cardiaque.