DEFENSE : Interview Jean-Jacques Barès Directeur général d’Etienne Lacroix Group. « Nos leviers de croissance, l’international, des solutions de plus en plus intégrés et un projet familial assis sur des valeurs»


 

 

Jean-Jacques Barès

« Nous sommes de plus en plus intégrateurs et de plus en plus international et ce dans le cadre d’un projet familial qui se structure » synthétise Jean-Jacques Barès, directeur général d’Etienne Lacroix Group en évoquant les axes de croissance, les valeurs et les projets de cette société toulousaine qui avec l’intégration de Ruggieri cumule trois siècles d’histoire.

Avec un millier de personnes employées et un CA prévisionnel de 150 M€ en 2016, cette ETI réalise les trois quarts de l’activité à l’exportation. La bonne tenue de ce poste compense  la décélération constatée sur la France et l’Europe, ses clients historiques

EMP : A quoi attribuez-vous votre succès sur les marchés extérieurs ?

Jean-Jacques Barès : C’est un travail au long cours. Dès 1960, nous nous sommes mobilisés pour aller à l’export, poste qui a généré pendant longtemps 30% de notre CA avant de devenir à partir de 2015 le premier levier de croissance. Sur tous nos métiers, la Défense, la sécurité, les spectacles pyrotechniques, nous avons enregistré de très bons résultats, notamment au Moyen-Orient et en Asie. Nous récoltons les fruits de ce que nous avons semé, ce qui nous incite à poursuivre notre déploiement géographique.

En Europe et plus particulièrement en France, les Ministères de la Défense et de l’Intérieur, les collectivités locales, les clients industriels sont restés en retrait entre 2011 et 2014. Nous constatons à présent un sursaut de leur part mais il est difficile de prévoir si cette reprise va perdurer sur le moyen terme.

EMP : L’innovation est aussi un ingrédient de la réussite ?

Jean-Jacques Barès : Indéniablement. Nous avons conforté nos positions commerciales,  en faisant évoluer notre offre qui vise à livrer des solutions plus complètes. Sur le segment feux d’artifices, nous proposons de nouvelles prestations multimédia, avec de la scénographie, de la projection laser…Un concept global qui a séduit d’entrée nos clients en Asie et au Moyen-Orient.

Nous faisons de même dans le secteur de la Défense et de la sécurité en devenant de plus en plus un systémier intégrateur de la pyrotechnie. Autour de notre cœur d’expertise, la contremesure, nous pouvons intégrer de la détection, du traitement du signal, de la réaction en assurant l’interface logiciels ou mécanique avec les plateformes …Ces équipements intégrés répondent bien aux attentes de nos donneurs d’ordres actuels.

EMP : Vous investissez beaucoup en R&D ?

Jean-Jacques Barès : Sur l’activité Défense, la R&D  représente 25% du CA. Nous autofinançons la moitié sur fonds propres. Nos clients partenaires apportent leur soutien sur le reste.

Sur les autres domaines d’expertise, l’effort dépasse les 5%. Au global, 150 personnes se consacrent à la recherche et innovation.

EMP : A partir de votre savoir-faire dans la Défense et la sécurité, avez-vous développé des applications dans le civil ?

Jean-Jacques Barès : Nous focalisons notre démarche avec des produits dédiés à la sécurité des biens et des personnes. A titre d’exemple, nous avons au catalogue des « avalancheurs » pour provoquer des avalanches contrôlées. Les drones sont un bon vecteur pour réaliser cette intervention, c’est une hypothèse d’emploi que nous étudions.

Le champ des possibles est large. Il y a beaucoup de marchés de niche et de sujets très techniques. On peut par exemple envisager des dispositifs de changements climatiques  ou anti-grêle pour éviter les dommages causés par ce phénomène météo. Dans la sécurité, employer des systèmes diffusant des fumées est aussi pertinent pour mieux protéger des zones sensibles.

EMP : Vous êtes une des rares sociétés à préparer la transmission avec une vision long terme ?

Jean-Jacques Barès : Avec mon frère Etienne, Président du groupe, nous avons à cœur de préserver le caractère familial  de l’entreprise et ses valeurs : l’ Indépendance, l’ Ethique , l’ Excellence . A partir de ces trois piliers, nous nous sommes attelés dès 2006 au projet de succession. Nous avons travaillé avec les 17 représentants de la 6ème génération des actionnaires pour élaborer une vision commune qui a donné lieu en 2012 à la rédaction  d’une charte définissant nos valeurs et principes d’action.

Au sein de ce cercle familial pressenti pour prendre la relève, nous avons coopté 5 membres. Ces derniers  participent à nos travaux au sein du comité de surveillance de la holding. Pour les préparer au pilotage de l’entreprise et leur apprendre à utiliser « la boîte à outils » du bon administrateur, ils suivent depuis 2015 une formation dispensée par l’IFA. Au terme de ce parcours qui s’achèvera en 2017, ils pourront mieux exercer leurs futures  responsabilités. Au niveau du COmité de DIRection opérationnel, nous souhaitons transmettre le témoin à un pool de cadres à la fois compétents et compatibles avec la culture familiale spécifique à l’entreprise.

EMP : quels sont vos autres chantiers phares sur 2016-2017 ?

Jean-Jacques Barès : Nous voulons installer dans la durée la  dynamique de croissance. Nos prises de commande nous garantissent une bonne charge jusqu’en 2018. Le défi est double. Il nous faut préserver le sursaut constaté sur le marché français et continuer à gagner des parts sur l’hexagone tout en poursuivant l’expansion à l’international. Cela exige beaucoup d’énergie pour gérer le développement sur tous les fronts.

Au Moyen-Orient, nous avons des bases solides avec deux bureaux implantés. En Asie et sur la zone ASEAN, on monte en puissance. Un bureau a été ouvert à Séoul, un autre dédié à la Défense et sécurité est en projet (deux villes dans la balance, Singapour ou Kuala Lumpur). Hanoi dispose d’une  entité axée Sécurité et Feux d’Artifice.

Sur l’Inde, destination que nous prospectons depuis une dizaine d’années,  nous devrions concrétiser des partenariats industriels et commerciaux. En toile de fond, l’Amérique du Nord retient toujours notre intérêt tout comme l’Amérique Latine ou le continent africain. Les courants d’affaires existent mais les marchés sont occasionnels,  difficiles d’accès parfois ou contraints. Nous aimerions pérenniser davantage nos échanges récurrents  sur ces zones géographiques.

Et pour conclure sur un dernier sujet d’actualité, nous réfléchissons à l’ouverture d’une Académie Lacroix afin de former à nos métiers très spécifiques les jeunes qui seront nos futurs collaborateurs.

Emma Bao
Diffusé le 1er septembre 2016


En chiffres

-CA 2015 : 138 M€

-Effectif : 800 personnes

-Métiers : intégrateur de la pyrotechnie appliquée aux secteurs de la Défense (leurres, systèmes d’autoprotection…), du maintien de l’ordre, de la sécurité civile. Créateur d’événements pyrotechniques et multimédia grand public

-Plus de 500 brevets déposés

-Les différentes entités : Lacroix, Alsetex, Cirra, Ruggieri (fondé en 1739 !), Zaragozana, Etienne Lacroix Logistics, MPM