Diota. Des solutions 4.0 pour optimiser les process

Traçabilité, rapidité, qualité : les trois promesses des solutions développées par Diota veulent répondre aux enjeux auxquels font face les acteurs de la maintenance aéronautique. Ces logiciels ultra-innovants intègrent la réalité augmentée et la robotique industrielle. Une nouvelle offre sous forme de plateforme démarre ce printemps.


Basée à Paris, la société Diota est aussi bien implantée en Occitanie. Depuis ses sites de Montpellier et Toulouse, près de la moitié des effectifs testent et développent les solutions digitales Diota, des logiciels qui visent l’amélioration des process industriels. Im- plantation historique (Ludovic Perrier, co- fondateur et directeur des opérations est de Montpellier) mais aussi stratégique : 64 % de l’activité de l’entreprise est dans l’aéronautique avec des clients comme Safran, Dassault Aviation, Thales et autres acteurs du secteur implantés dans le grand Sud-Ouest de la France. Les solutions Diota servent aussi l’automobile, et les fabricants de machines spéciales et biens d’équipements.

Plus de collectif
Le savoir-faire de la start-up : l’édition de logiciels pour l’optimisation des process industriels, avec une intégration hyper per- formante et innovante de technologies de pointe telles que la réalité augmentée, l’IA ou encore la robotique industrielle. A l’occasion des dix ans de l’entreprise, le cofondateur et président Lionnel Joussemet annonçait en octobre dernier le déploiement de sa nouvelle génération de solutions, dont la commercialisation démarre concrètement en avril : la Diota AppFactory qui propose à ses partenaires une nouvelle approche avec la mise à disposition de ses assets technologiques et métiers ainsi que d’outils pour la création et l’intégration d’applications exploitant le digital sur le terrain. Bref, un partage intelligent des savoirs pour tendre vers une utilisation optimale des technologies et un suivi mieux harmonisé de l’ensemble de la chaîne numérique de production. Une «ouverture des chakras» qui, selon Lionnel Joussemet, sera la clé de la réussite du MRO 4.0 : «Face au nombre et à la diversité des acteurs dans le monde du MRO, il faut plus de collectif pour arriver à fédérer toutes les actions, mieux les superviser».

Traçabilité et documentation
Dans un contexte ultra compétitif, les ac- teurs de la maintenance font face à des en- jeux décisifs en matière de sécurité, de cadence et de traçabilité. Ce sont les pro- messes auxquelles Diota veut répondre à travers ses solutions. L’avantage pour cette start-up, c’est son avance sur le plan des pilotes et déploiements, du moins du côté de l’aéronautique et de l’aérospatial. Le réel déploiement en dimension XXL des solutions Diota peut donc démarrer. «Et le fait d’être passé par la phase productive facilite nos interventions sur la partie maintenance», ajoute le dirigeant qui vise le marché du MRO. Lionnel Joussemet insiste sur l’enjeu de la traçabilité des interventions et sur l’optimisation des process de documentation. Exemple, dans certains process qualité, le dispositif Diota permet de filmer en 3D et d’extraire une image sur laquelle les défauts sont localisés. Lors d’une nouvelle opération de contrôle, il suffira de juxtaposer cette image en réalité augmentée avec le produit pour connaître son historique.

Une PME en plein développement
En plein essor, un an après sa levée de fonds de 7 millions d’euros, l’entreprise détentrice du Pass French Tech emploie aujourd’hui 70 personnes et poursuit une croissance à deux chiffres. A horizon 2023, son effectif devrait largement dépasser les 150 personnes. Aujourd’hui Diota étend son développement surtout vers l’Europe de l’Est, notamment depuis son bureau installé à Stuttgart.