Filière hydrogène. De fortes ambitions en Occitanie

Coradia ilint. Alstom

L’hydrogène devient une réalité de plus en plus tangible sur le territoire. Exemple, une quinzaine de projets d’envergure en Occitanie ont été présentés à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par le gouvernement en avril 2020 représentant 460 millions d’euros d’investissement et 3500 emplois.

Safra souhaite ainsi développer à Albi une offre d’autocar électrique à hydrogène dès 2022 en visant les Jeux Olympiques de 2024 à Paris. Et, dans le cadre du projet HyPort, 4 bus H2 de Safra seront exploités sur le tarmac de la plateforme aéroportuaire de Toulouse-Blagnac. La station de production distribution en cours de construction à l’aéroport permettra aussi des usages extérieurs, professionnels et grand public.  La ville de Montpellier envisage de commander 51 bus à hydrogène. Avec le Corridor H2, une douzaine de stations de distribution seront déployées pour créer un couloir nord-sud européen le long du littoral, destiné au transport routier. A la manœuvre, la Région avec son agence économique Ad’Occ et son opérateur, l’Arec, l’Agence régionale Energie Climat Occitanie, qui a prévu de mobiliser au total 150 millions d’euros sur 2019-2030 pour soutenir des projets autour de l’hydrogène. L’ambition : assurer simultanément la production d’hydrogène vert, sa distribution et les usages. Côté industrie, Safran Power Units, le groupe Liebherr, Airbus, sont dans la course aux côtés des acteurs de la R & D publique.

L’hydrogène est identifié comme étant une voie à terme vers le zéro émission en vol dans l’aviation commerciale et le Plan de relance du gouvernement prévoit d’accélérer son industrialisation. Dans le ferroviaire, c’est à Tarbes qu’Alstom développe la traction à hydrogène avec une pile à combustible. Les preùières livraisons ont démarré en Allemagne. Après une 1ère phase de lancement il y a dix ans, la filière régionale s’étoffe et s’organise, associant les pouvoirs publics et les entreprises. 54 acteurs régionaux, réunis par l’animateur de la filière régional HyDeO, participent à son développement. La crise sanitaire, l’urgence climatique, l’indépendance technologique et énergétique viennent contribuer à l’essor de cette énergie propre.