DRONES : Airborne Concept lance le drone aérolargable à 4000 m, à l’autonomie doublée avec la pile à combustible !

 

 

Ce fabricant toulousain de drones à usage civil et militaire a breveté plusieurs technologies dont une liée au largage en vol d’un appareil dont la voilure se déplie une fois atteinte la bonne altitude.

 En deux ans, Airborne Concept a développé une gamme originale d’aéronefs à voilure fixe et tournante. « Nous poursuivons la R&D pour finaliser des prototypes et imaginer des systèmes et designs révolutionnant l’état de l’art » souligne le fondateur de l’entreprise Arnaud Le Maout. Sur la douzaine de salariés employés, une majorité est issue de l’univers aéronautique, des ingénieurs passionnés par la mise au point de drones de nouvelle génération.

 Installée au sein de la base de Francazal, la PME bénéficie d’un environnement exceptionnel pour expérimenter en situation réelle les aéronefs sortant de l’atelier. Sans compter la surface des locaux bien dimensionnés pour déployer les activités de production. Toute la fabrication est intégrée, de l’informatique/électronique à l’usinage sur place des structures composites. « Considérant les drones comme des avions, nous appliquons les mêmes partis pris en termes de fiabilisation, redondance et certification » tient à préciser le dirigeant d’Airborne Concept ancien commandant de bord dans l’armée de l’Air.

Positionnée sur de la petite série et le sur-mesure, la société commercialise toute une gamme de quadricoptères,   d’octocoptères (4 bras, 8 moteurs) et autres vecteurs. Elle s’apprête à lancer des appareils innovants à voilure fixes le Drop’n Drone (1,80 m d’envergure) et le Baroud Air (3 m d’envergure). Des aéronefs originaux à plusieurs égards. La phase de décollage et la montée étant très énergivores, la PME a mis au point un drone aérolargable à 4000 m d’altitude ! En l’équipant d’une pile à combustible à hydrogène, l’autonomie peut atteindre les 6 heures, voire à terme doubler ! Avec cette  ce type d’avion, on peut accomplir des missions de reconnaissance, faire de la mesure dans des lieux difficiles d’accès  (catastrophes naturelles, accidents nucléaires…). « Notre plateforme aurait été idéale pour évaluer la densité du dernier nuage de cendres qui a paralysé en 2010 le ciel aérien européen » note au passage Arnaud Le Maout. Selon les applications souhaitées par les clients, Airborne Concept fournit la charge utile et capteurs à embarquer. Le champ des possibles étant étendu, la PME nourrit le projet de « droniser » un ULM pour emporter une charge de 250 kg !

Toujours en matière de R&D, l’entreprise a breveté avec son partenaire Egis Avia, le module ADSB. Cette balise de petit format permet de localiser un drone en opération.
Pour financer une recherche très active et accélérer la commercialisation des produits, la PME procède actuellement à une levée de fonds.

 
Diffusé le 29 février 2016
Emma Bao


La formation au télépilotage

Parallèlement à la conception/fabrication de drones, Airborne Concept a été pionnier en région, en ouvrant à Francazal la première école préparant le brevet théorique de pilote d’ULM qui va se transformer en brevet théorique de télépilote suite au changement de la réglementation. Le cursus permet d’acquérir les compétences pratiques nécessaires à la Déclaration de niveau de compétences (DNC) reconnue par la DGAC et obligatoire pour toute activité avec le dépôt d’un manuel d’activité particulière(MAP).

L’entreprise a ouvert un bureau à Bordeaux, une autre école à Dijon au sein d’une ancienne base aérienne. Le maillage du territoire se poursuit avec un projet à l’ouest de la France (à Vannes) et un autre en région parisienne. « Nous répondons à la demande des grands comptes qui souhaitent former leurs opérateurs » indique Arnaud Le Maout en évoquant les ambitions internationales de l’école. Parmi les candidats au télépilotage, figurent de nombreux professionnels de tous horizons : le BTP, l’agriculture, l’image/vidéo…

On notera qu’Airborne Concept a offert deux drones ainsi que le module de formation au groupe de Secours en catastrophe français.


Parcours et engagements

Arnaud Le Maout a passé 20 ans dans l’armée de l’Air puis a rejoint Airbus, affecté aux essais en vol. A 40 ans, il a créé Airborne Concept, mobilisant autour de lui tout un pool d’experts en aéronautique.

Délégué grand sud-ouest de la Fédération professionnelle du drone civil, Arnaud Le Maout s’investit aussi au sein du cluster Robotics Place, se chargeant de l’animation du DAS drones.

Parmi les projets de ce groupement d’entreprises, figure l’organisation en 2017 du premier salon drone et robotique à Francazal.


Acteurs et marché

-2338 entreprises développent en France une activité drones

-90% sont des opérateurs

-3% sont des fabricants de drones

-Applications des drones : l’inspection industrielle (avec comme clients les géomètres, ERDF, TDF, la filière BTP…) ; la surveillance de sites ; l’agriculture ; l’audiovisuel ; la mesure environnementale….