DRONES : Donecle opère y compris en indoor, des drones pour inspecter les impacts foudre sur un avion


 Yann Bruner

Une fois par an, un avion est soumis à la foudre et fera donc l’objet d’une inspection obligatoire qui dans 90% des cas ne conduit à aucune réparation immédiate. Chacun des 27 000 aéronefs en exploitation sera amené à être cloué au sol pendant 8 heures en moyenne, une immobilisation qui génère pour les compagnies un manque à gagner estimé à 2 Mds de dollars !

 A partir de ce constat, la start-up toulousaine Donecle a imaginé une solution pour accélérer le processus de contrôle et optimiser la maintenance. En utilisant des drones (des hexa rotors et octo push/pull) équipés d’une charge utile adaptée à la mission, cette entreprise lance une offre de services qui facilite l’entretien des grandes structures avec l’automatisation  des différentes tâches d’inspection.

Une logique machine learning

« Outre la détection des dommages et risques, nous archivons les données, lesquelles sont capitalisées pour réaliser de la maintenance prédictive, déceler des phénomènes récurrents, suivre le comportement dans le temps des matériaux…» souligne Yann Bruner, PDG, en détaillant la fonction « machine learning ». Stockés sur le cloud,  les dommages photographiés sont modélisés. Entre la caméra et la banque de données du data center, les interactions sont permanentes pour alimenter la connaissance, enrichir l’apprentissage, rendre la maintenance plus intelligente. A titre d’exemple, un même défaut observé sur plusieurs avions au même endroit fera apparaître un problème de passerelle. Une anomalie que le machine learning est capable de mettre en exergue à partir de la banque de données !

Premières ventes fin 2016

Hébergée au sein du Connected Camp, l’accélérateur de l’IOT Valley, Donecle a intégré l’ensemble du process, de la fabrication des drones au développement de la caméra et traitement des images. Ce nouveau mode  de vérification des impacts foudre a retenu l’intérêt de grands comptes, favorables à l’intégration des technologies digitales, et celui des compagnies aériennes, premiers clients ciblés par la start-up. Le fait de pouvoir vérifier en 20 mn avec 3 drones,  l’état de surface d’un A 330,  plaide d’entrée pour cette alternative qui aide à la prise de décision. Autre avantage de la technologie déployée par Donecle, son fonctionnement à l’intérieur d’un hangar ! « 99% des drones du marché ne sont pas opérables en indoor,  faute de pouvoir maîtriser le positionnement ! Or,  en raison du trafic au sol, les interventions sous un atelier couvert s’avèrent plus pertinentes » fait remarquer Yann Bruner qui suit de près toute la réglementation en la matière, participant avec la DGAC à un  comité technique ad hoc. Misant sur la simplicité de mise en œuvre du dispositif, la start-up a aussi privilégié la sécurité en intégrant un safety management system qui protége les personnes et les biens (la structure observée en l’occurrence).

La feuille de route ? Le service est en démonstration chez des compagnies ayant leurs propres centres de maintenance. Donecle espère concrétiser deux ventes auprès de deux clients fin 2016. Le « pay per use » à la location a été choisi comme modèle économique. Pour aller plus loin dans la démarche contrôle, l’entreprise souhaite que le rapport de dommages émis ait valeur de certificat.

« L’outil ne se substitue pas à l’homme, il accélère le processus en identifiant, localisant, caractérisant le dommage » rappelle Yann Bruner qui avec ses 3 autres associés sont pleinement mobilisés dans la levée de fonds, espérant drainer 1,5 M€. 

 
Emma Bao
Diffusé le 4 août 2016


Une caméra réalisant des orthophotos

Donecle a développé une caméra 4 k innovante, capable de détecter un impact et de le caractériser en temps réel. Le rapport de dommage est édité instantanément. Positionné à 1 mètre de la structure, le drone permet de réaliser une orthophoto (prise de vue perpendiculaire à la surface) découpée en plusieurs photos pour voir l’état d’usure des pièces (érosion, corrosion, peinture manquante…).

Grandes structures à inspecter : le potentiel

Le champ d’intervention de Donecle est large avec :

4 millions d’antennes relais

300 000 éoliennes

27 000 avions

Des milliers d’ouvrages d’art.