DRONES : Michael De Lagarde, cofondateur et président de Delair-Tech : « La France est le paradis de l’ingénierie en termes de performance et de coûts ! »

 

Michaël de Lagarde

Avec 13 M€ mobilisés fin 2015, Delair-Tech a réussi la plus grosse levée de fonds jamais opérée en Europe dans le secteur des drones professionnels. En 5 ans, la société est devenue une référence mondiale, intervenant pour le compte de grands groupes industriels (ERDF, SNCF, Véolia…). Si au départ la start-up était positionnée sur la fabrication d’aéronefs, rapidement elle a intégré des prestations d’analyse d’images aériennes et proposé des services pour répondre aux besoins spécifiques des clients industriels
.

« Nous avons structuré des offres par métiers, ciblant de nombreux secteurs comme les infrastructures de lignes électriques, les infrastructures pétrolières et gazières, les mines et carrières, le ferroviaire et les routes, l’agriculture, la sécurité et la défense, la géomatique ou encore les urgences et catastrophes naturelles » détaille Michaël De Lagarde. Le marché de la défense n’est pas en reste. Pour l’aborder, un partenariat a été noué avec le groupe ECA, concepteur de drones sous-marins militaires.

Avec une centaine de donneurs d’ordres dans son portefeuille de clients, Delair-Tech réalise deux tiers du volume d’affaires hors France. En fournissant des services « clé en main », la PME en hyper-croissance augmente ses effectifs en passant de 60 à 90 salariés (1) et envisage de doubler son chiffre d’affaire en 2016 (4 M€ prévus). A l’étroit dans ses locaux toulousains inaugurés il y a deux ans, l’entreprise va prochainement déménager pour s’installer dans 2500 m2 à Labège.

Pour accélérer son déploiement international, une filiale a été ouverte à Los Angeles et des bureaux commerciaux ont été implantés à Montréal, Sydney et Mexico. L’ouverture d’une filiale en Chine pour fin 2016 est à l’étude.

« Un de nos enjeux est de continuer à réduire les coûts de production pour gagner en compétitivité et de généraliser notre solution d’acquisition et d’analyse de données auprès de grands groupes pour les accompagner efficacement dans leurs prises de décisions » confie le président de la société. L’application à l’usage du secteur de la défense a fait aussi l’objet d’une R&D spécifique qui permet aujourd’hui de réaliser des vidéos précises permettant de définir et comprendre une situation particulière sur un théâtre d’opération.

Gérer la forte croissance est également un autre défi de taille. Les cadences actuelles, 300 drones/an, sont appelées à croître tout comme les services d’exploitation des données. « L’écosystème régional et l’accompagnement dont nous bénéficions facilitent notre réussite » souligne Michael de Lagarde, pour qui la France reste le paradis de l’ingénierie en termes de performance et de coûts! 

Emma Bao
Diffusé le 1er septembre 2016

 

(1) : embauche d’ingénieurs, de commerciaux, de ressources support.

 

 

 

Une offre globale

 

Les deux drones fabriqués par Delair-Tech, le DT18 et le DT26X sont utilisés pour l’acquisition d’images aériennes. Les charges utiles dédiées aux applications sont également développées par la PME en collaboration avec des partenaires de renom tel qu’IGN. La société continue à investir dans la R&D afin d’optimiser les drones et les outils d’analyse (caméra et traitement). Les drones actuels font partie des plus performants au monde avec 2h30 d’autonomie, 150 km d’endurance et une bonne robustesse à l’atterrissage tout terrain.

Outre la fourniture d’équipements, l’entreprise peut opérer directement les drones grâce à son équipe de pilotes ou  s’appuyer sur un solide réseau de partenaires locaux spécialisés. De cette manière, Delair-Tech opère déjà dans plus de 30 pays.

Les données collectées lors des missions sont ensuite traitées en interne et font l’objet d’un rapport d’analyse détaillé expédié au client via une plateforme en ligne conçue par les équipes Delair-Tech.

 

Parmi les applications

L’usage des drones s’avère particulièrement pertinent pour surveiller l’état des grandes infrastructures, détecter les dommages sur les réseaux ou encore les fuites sur les pipelines…La collecte des données sert aussi à la maintenance prédictive. Le survol d’une ligne électrique et sa modélisation 3D permettent par exemple de repérer les avancées de la végétation et donc de programmer un calendrier d’élagage des arbres qui pourraient détériorer les infrastructures. Dans l’agriculture de précision, on peut mesurer le degré de maturité des raisins ou dresser l’état de santé des cultures (stress hydrique, besoins en produits phytosanitaires…).

A la demande des clients, Delair-Tech peut recourir à l’acquisition d’images via des satellites ou des avions pour compléter les collectes réalisées par ses drones. En fusionnant ces trois modes d’acquisition des données, Delair-Tech optimise les coûts et génère des rapports d’analyse de très grande qualité dédiés aux besoins de ses clients.

 

Un quatuor à la direction

Les 4 fondateurs de la société sont toujours à la manœuvre 5 ans après. Ils forment une équipe complémentaire avec une répartition claire des fonctions. Bastien Mancini assure la direction technique, Benjamin Michel est en charge de la production. La direction de la filiale aux USA a été confiée à Benjamin Benharrosh. Michaël de Lagarde assume quant à lui la présidence de Delair-Tech.