EasyMile décroche la première autorisation européenne pour ses navettes autonomes

"Je tenais à venir moi-même les en féliciter aujourd'hui" lance Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux transports, en visite sur le site de l'entreprise EasyMile à Toulouse-Francazal. En effet, le 22 novembre 2021, la société a reçu la première autorisation en Europe (et au sein du G7) pour opérer en niveau 4 d'autonomie sur ses navettes, c'est à dire sans aucun intervenant à bord et pour des trajets en trafic mixte sur voie publique. A titre expérimental, ses véhicules serviront donc sur le campus médical de l'Oncopole à Toulouse.

Un parcours de 600 mètres entièrement sans conducteur

Cette autorisation survenue par décision du ministère chargé des transports, du ministère de la transition écologique et après avis du minitstre de l'intérieur et des autorités locales, est une avancée majeure pour l'entreprise toulousaine. En effet, en venant valider la scabilité de sa technologie, la réglementation la positionne comme un précurseur dans la filière, et le cap vers la commercialisation est désormais inévitable. Avec 7 déploiements à ce jour à l'international de niveau 4 (Amérique du Nord, Australie ou pays nordiques), EasyMile va désormais déployer pour la première fois de l'histoire une solution de navette autonome sur une route ouverte en Europe. 

EasyMile en chiffres :

6 ans de recherche et développement

250 employés

150 navettes déjà en utilisation

20 pays différents

95 % de l’activité à l’export

18 M€ de CA en 2019 pour 250 employés

3 actionnaires principaux : Alstom, Continental et Bpifrance