Emmanuel Quéritet de BigHappy « Avoir un coup d’avance sur le digital »

Emmanuel Quéritet à g avec Tania Piquionne, Victor Gajan et Renaud Mamy

BigHappy est une des rares agences de communication globale en Occitanie qui développe en interne ses propres outils d’intelligence artificielle. Elle a embauché un jeune ingénieur data-scientist à plein temps en 2019.

 

« L’IA nous sert à mieux exploiter les données en améliorant l’efficacité des campagnes de communication digitale de nos clients » commente Emmanuel Quéritet, président de BigHappy et directeur de création, un des 4 co-associés de l’agence. Exemple, un outil prédictif analyse les campagnes précédentes et permet de prévoir les résultats des prochaines campagnes (en nombre de clics, de contacts, de visibilité, d’image…) avec un taux de précision élevé. Appliquée à des données structurées, l’IA fait gagner du temps pour trier les données, mesurer… Avec des données non structurées, le BigBaromètre objective l’analyse de l’évolution de l’opinion en temps réel en observant les données sur les réseaux sociaux, dans la presse pour par exemple comprendre pourquoi l’image d’une marque se dégrade par rapport à une autre dans les médias.  L’IA peut intervenir en amont de l’action et en aval. On peut corriger le tir si besoin.  Les premiers retours d’expérience sont très bons. BigHappy a développé 4 applications et en exploite une demi-douzaine d’autres.

« Nous arrivons à diviser le coût d’investissement d’une campagne digitale par 4 tout en multipliant le résultat par dix, en ciblant mieux l’achat d’espace. Seul problème : certains clients ne nous croient pas » explique E. Quéritet, « faute pour partie d’une culture numérique suffisante ». L’agence organise régulièrement des mini évènements pour vulgariser la technologie auprès de ses clients et prospects. BigHappy a créé en interne son trading Desk, « William », l’achat d’espace digital en temps réel aux enchères. L’agence achète de l’audience en ciblant le web, la télévision, l’affichage numérique, la radio. « Acheter des Google AdWords ne suffit plus, tout le monde le fait ».