ESPACE : Au programme de CLS : une offre pour les petits bateaux de pêche, la mise à niveau de l’antenne de Brest, accélérer l’international

La société d’investissement Ardiam (ex-Axa Private Equity) vient de rentrer à hauteur de 30 M€ dans le capital de CLS, devenant ainsi le deuxième actionnaire derrière le Cnes. Une participation qui permet au groupe d’accélérer sa croissance et renforcer sa capacité d’innovation. Christophe Vassal, Directeur général, évoque la feuille de route 2014, détaillant les investissements en cours et la diversification des services et applications.

Dans les priorités, figure l’évolution de l’outil de production. L’antenne de la station Vigisat implantée à Brest est remise à niveau. Cet équipement installé en 2009 ne pouvait plus traiter qu’un seul satellite (contre 4 au départ). Le site d’acquisition d’images radar haute résolution sera désormais compatible avec les actuels satellites et ceux du futur.

A Toulouse, CLS franchit un nouveau cap avec la structuration d’une offre packagée dédiée aux petits bateaux de pêche soit une cible de 200 000 embarcations ! Cela suppose des prix des applications métiers adaptés (envoi et réception de petits messages, données météo…) ainsi que la mise en place de réseaux de distribution spécifiques. Des opérateurs en Afrique de l’Ouest manifestent déjà un vif intérêt pour ce service.

Parallèlement le maillage international se poursuit. Le groupe conforte sa présence aux USA où est établie une filiale exerçant l’activité de localisation et collecte de données environnementales (système Argos…). L’objectif est d’intégrer d’autres savoir-faire pour constituer une entité à la taille du pays ! En Chine, de grands projets sont à l’étude avec de grandes administrations. Cela concerne toute la palette des expertises de CLS,  de la surveillance radar des océans au  suivi des bateaux sans oublier les données océanographiques, la modélisation des écosystèmes marins…Sur place, le groupe dispose d’un bureau appelé à changer de dimension avec la diffusion de toutes les applications en portefeuille.
En ce qui concerne la R&D, les efforts portent sur l’amélioration permanente des outils pour proposer des solutions commerciales toujours plus pointues. Ainsi la modélisation des écosystèmes marins s’affine pour traiter des stocks de poissons plus petits et côtiers. De nouveaux satellites radars détectent mieux les nappes de pollution. « Dans la localisation de trafic maritime, nous innovons en faisant l’acquisition auprès d’autres acteurs, de données que nous transformons et vendons comme services à valeur ajoutée » ajoute Christophe Vassal intéressé par deux ou trois systèmes de dernière génération.

Si les trois quarts du volume d’affaires sont générés par la localisation/collecte de données (38%) et l’océanographie spatiale (30%), CLS espère augmenter la part de la filiale Novacom Services (17%) et de la surveillance radar (15%). Réalisant 70% du CA à l’exportation, l’entreprise a terminé l’année sur un exercice en forte hausse, passant de 79 à 90 M€ !

Emma Bao
Diffusé l e26-02-2014

Encadré

A retenir

-Actionnariat : 54% Cnes, 32% Ardian, 14% Ifremer

-Effectifs : 500 salariés dont 335 en France

-3 domaines d’activités stratégiques :

-la gestion durable des ressources marines (gamme de balises adaptées au suivi des bateaux de pêche, solutions de détection de bateaux de pêche supposés illégaux, modélisation régionale des écosystèmes marins pour l’aménagement des pêches durables, données océanographiques pour aider les pêcheries locales).

-la surveillance environnementale (mesurer, observer, modéliser et prévoir l’océan en surface et profondeur, une offre complète de localisation et de collecte de données pour préserver la faune, l’accompagnement des autorités pour définir et gérer les aires marines protégées, des services de prévision de l’océan pour les professionnels de la mer tels les acteurs du pétrole ou des transports)

-la sécurité maritime (gamme de balises adaptés au suivi de tous types de navires, surveillance des océans dont le trafic maritime et la détection de pollution par hydrocarbures, des produits logiciels d’intégration des données pour l’aide à la prise de décision lors d’actions en mer…)