Excent. Des apprentis accueillis comme des salariés

journée d’intégration des alternants chez Excent. @Excent.

L’outilleur industriel toulousain Excent est passé de 2 à 800 personnes en moins de 30 ans. En matière de recrutement, le recours à l’alternance fait partie des priorités du groupe.

Une dizaine d’apprentis ont fait leur rentrée chez Excent cette année, contre deux l’an dernier. Et la courbe devrait continuerd ' aller crescendo l’an prochain. C’est en tout cas ce que projette Elise Magliocca, responsable recrutement du groupe, qui vise moins de stagiaires et de plus en plus d’apprentis.  Dans son service de douze personnes, les défis ne manquent pas : 160 personnes recrutées en 2018, et à peu près la même cadence d’embauche pour 2019 et l’année prochaine. Bureau d’études, qualité, supply chain, maintenance, fonctions supports, développement commercial… tous les services sont à pourvoir, avec des profils de cadres dirigeants, techniciens, commerciaux.

Une belle image qui attire les étudiants
Elise Magliocca et son équipe utilisent tous les outils possibles pour recruter : annonces, participation à des salons, réseaux sociaux, portes ouvertes, speed dating, et partenariats avec des écoles. L’Enit, l’Insa, l’Icam, les universités, les IUT font partie des écoles où Excent vient présenter son activité et repérer de nouvelles recrues. « Les étudiants viennent facilement vers nous ! » affirme Elise Magliocca qui évoque l’image moderne de l’entreprise (les nouveaux locaux à Pujaudran sont plutôt attractifs) et la forte culture d’accueil au sein du personnel. Stagiaires, alternants ou apprentis sont considérés comme des salariés à part entière dès leur arrivée et ont droit à tous les services et avantages du groupe. Des journées d’intégration sont organisées.  

Un bon outil de détection de talent
Chez Excent, le tutorat n’est pas vu comme un fardeau, mais plutôt un enrichissement mutuel : « C’est toujours satisfaisant d’accompagner l’entrée de jeunes dans l’emploi », ajoute Elise Magliocca. Certes, comparativement à un recrutement direct en CDI d’une personne ayant déjà une expérience professionnelle, le recours à des stagiaires ou alternants demande un certain investissement de la part du personnel encadrant. Mais les tuteurs, généralement les chefs de service, n’y voient pas là une charge supplémentaire. « C’est une très bonne façon de détecter les talents et le rythme spécifique de l’apprenti nous oblige à optimiser notre