EXPORTATION : Les VIE cofinancés par la Région, le rôle d'Oséo

La Région cofinance désormais les VIE
 
Pour inciter une entreprise à recruter pendant deux ans un VIE (volontaires internationaux en entreprise), la Région Midi-Pyrénées prendra désormais à sa charge 50% du coût généré par cet emploi (1).
Les PME peuvent aussi disposer d’un VIE mutualisé, en se partageant cette ressource à plusieurs (2 à 4 sociétés maximum). Dans cette configuration, le Conseil Régional financera la moitié du poste ainsi que l’ingénierie liée au bon fonctionnement de la mutualisation.
Une convention sera signée avec UbiFrance pour formaliser cet engagement.
Pour financer cette nouvelle mesure, la Région a prévu cette année une enveloppe de 250 000 euros.
 
Oséo : plusieurs portes pour aller à l’international
 
Patrick Cazeneuve, directeur régional d’Oseo a listé les différentes portes pour aller à l’international. Parmi celles-ci, les partenariats technologiques européens, la gamme de produits liés à la garantie bancaire (quotités plus importantes sur les prêts bancaires pour financer l’export, garanties sur apports opérés dans les filiales à l’étranger…), le contrat de développement à l’international, le PPE, prêt participatif à l’export d’un montant de 20 000 à 80 000 euros. Ce dernier est un prêt sur 6 ans, le remboursement en capital peut être différé d’1 an. Le dossier est simple à gérer avec une demande accessible en ligne sur le site oseo.fr. Pour l’octroi du PPE, UbiFrance valide la stratégie à l’export de l’entreprise.
 
 
 
 L’exportation étroitement couplée à l’innovation
 
Une entreprise sur deux qui exporte est innovante. De ce fait, elle devrait pouvoir disposer concomitamment d’un accompagnement à l’international rapide, rapproché de la phase du soutien à l’innovation. « Il pourrait être pertinent de garantir l'accès des PME innovantes à l'Assurance Prospection, voire à des financements OSEO, dès l'obtention d'un financement pour développer leurs projets innovants", estime François Petit, directeur de la DRCE.