FRET MARITIME : Nathalie Thomas, déléguée du Port de Barcelone : « jouer un rôle de facilitateur auprès des chargeurs et transitaires »

Jouer un rôle de facilitateur, aider les transitaires et chargeurs à optimiser la chaîne logistique, informer les entreprises sur l’offre de la plateforme portuaire catalane, assurer le service clients…font partie des principales missions de Nathalie Thomas, l’une des deux déléguées France du Port de Barcelone. Pour continuer à attirer de plus en plus d’importateurs et exportateurs, les investissements se sont multipliés ces dernières années afin de moderniser les infrastructures, faciliter les connexions et améliorer le service clients.

Un terminal semi-automatisé assure le chargement-déchargement terrestre, avec un pilotage à distance des opérations. Ce sont des sociétés privées qui sont en charge des deux terminaux, BEST (Hutchison Port Holdings), et TCB, (APM Terminals),  elles ont mis en place un management avec un intéressement des dockers en fonction de la productivité. « Si bien que les compagnies maritimes  en 2014 nous ont élu 3ème port en Europe le plus performant » commente Nathalie Thomas. En même temps que s’est agrandie la zone logistique, des travaux ont été conduits pour embrancher tous les terminaux en double écartement et devenir ainsi compatibles avec toute l’Europe.

Pour aller chercher le fret à l’intérieur des terres, une stratégie ferroviaire  a été mise en place ralliant Barcelone à Saragosse, Bilbao, Madrid…mais aussi à Toulouse. Privilégier les connexions hinterland est essentiel pour développer le trafic, le port étant en reconquête commerciale après avoir été fortement impacté par la crise économique (1). « Nous mettons en avant notre réseau très dense en grandes routes maritimes desservant l’Asie, le Moyen Orient, l’Amérique du Sud, les USA…ainsi que l’activité Short Sea (ou autoroutes de la mer) sur tout le bassin méditerranéen, notamment avec l'Italie et le Maroc » détaille Nathalie Thomas en évoquant les trois atouts essentiels pour un port : le choix, la fréquence et des tarifs compétitifs. Sachant que la part du prix sur l’acheminement terrestre fait souvent la différence !

Un des éléments différenciateurs est aussi le service clients. Sur ce volet, le port de Barcelone a mis le paquet avec sa marque qualité Efficiency Network. Cette charte n’est pas gravée dans le marbre, les remontées des usagers sont prises en compte pour traiter leurs demandes, corriger les éventuels dysfonctionnements au sein de la chaîne. Un système de tracking permet de suivre le trajet et le traitement des marchandises en temps réel dans l’enceinte du port. La localisation des conteneurs peut s’effectuer sur mobile, via l’application Portic. Cette plateforme en ligne est ouverte aux  opérateurs français.

Dans un contexte très concurrentiel, apporter du service logistique est déterminant pour fidéliser et développer le portefeuille des donneurs d’ordres dont les transitaires en première ligne. Ce qui suppose des choix pertinents sur les préacheminements et donc de  la multi-modalité. Mieux vaut opter entre Barcelone et le terminal à conteneurs de Perpignan Saint-Charles pour une solution camions puis relayer par du ferroviaire avec des opérateurs comme Novatrans.

 
Emma Bao

Diffusé le 1er mai 2016

 

(1) : Trafic : Il est passé de 2,6 millions d’EVP (1 EVP, équivalent vingt pieds maxi 25 ton) avant 2008 à 2 millions.