INGENIERIE ET SYSTEMES : Alyotech iFrance installe à Colomiers son pôle de compétences test et validation

 
Ancien cadre dirigeant de Brime Technologies, Jean-Claude Alaux a fondé MT2D, PME qu’il a ensuite cédé en 2007 à Alyotech. En quatre années d’existence, ce groupe compte 1600 salariés pour un chiffre d’affaires de 115 Meuros. Cette croissance s’est effectuée par acquisitions (9 sociétés intégrées) et la création de 3 start-up.
 
Des expertises centralisées sur des sites géographiques dédiés
 
Intervenant en ingénierie et systèmes, l’entreprise fédère des expertises à forte valeur ajoutée qu’elle centralise sur des sites géographiques dédiés. Parmi les récents événements, le pôle de compétence test et validation vient d’être établi à Colomiers. Ce savoir-faire tournée vers les activités électronique et informatique, passe par la maîtrise de plusieurs technologies : analogique, numérique, CEM, logiciel…De ce fait, toutes les équipes avec leurs spécialités propres ont été rapatriées sur la ville rose.
« Nous pouvons ainsi proposer à nos clients une offre étendue, du développement d’applications de tests et validation au maintien en conditions opérationnelle des calculateurs » résume Jean-Claude Alaux, à la tête de la holding Alyotech France (1). L’entreprise intervient dans le secteur aéronautique et spatial, la défense (contrats pluriannuels signés avec la DGA).
 
Systèmes embarqués : un savoir dans les tests d’équipements et les tests d’applications
 
Sur les systèmes embarqués critiques, le pôle d’expertise toulousain est amené à travailler sur les tests d’équipements et les tests d’applications. Une prestation qui peut concerner le cycle de conception comme celui de production. En amont, la PME peut se voir confier l’étude, la vérification fonctionnelle, les tests d’intégration, les logiciels de qualification et les technologies de fabrication. En industrialisation, elle peut fournir du logiciel de « déverminage », réaliser des tests de fonctionnement, aider les clients à fiabiliser leurs équipements (maintien en conditions opérationnelles, anticipation de la maintenance…). L’entité de Colomiers peut s’appuyer sur la filiale marocaine spécialisée dans le test et validation des logiciels embarqués répondant aux normes avioniques. Ce sont souvent des tâches récurrentes qu’Alyotech France a choisi d’externaliser pour gagner en compétitivité. D’autant plus que la société effectue l’essentiel de son volume d’affaires au forfait, avec un engagement de résultats.
Récupérant de la charge de travail en provenance des autres sites du groupe, le centre d’excellence toulousain en test et validation a acquis une expérience très diversifiée avec une valeur ajoutée systèmes confortée.
« Positionnée sur plusieurs segments de marché à l’exception de l’automobile, nous n’avons pas été trop impactés par la crise économique » reconnaît Jean-Claude Alaux. Les résultats sur le premier semestre 2009 sont légèrement supérieurs à ceux affichés sur la même période de l’exercice précédent.
 
 
 
-Alyotech France emploie 700 salariés dont une centaine basés sur le site de Colomiers
-CA 2008 : 49 Meuros
Répartition du chiffre d’affaires : les télécommunications 35%, l’aérospatial 15%, l’énergie/environnement 8% (une part qui a doublé), la défense 12%.
-EADS génère 10% du CA d’Alyotech France.
 
(1)          : Le groupe compte 3 autres sociétés holding : au Canada, en Belgique et aux Pays-Bas.
 
 
Les 5 métiers d’Alyotech France
 
-L’expertise dans ces trois domaines, l’informatique scientifique et technique, l’électronique et informatique embarquée, la conception calcul et simulation, permet d’adresser tout ce qui est lié au secteur des systèmes embarqués.
L’ingénierie des télécommunications et les systèmes d’information et de communication cible le segment lié aux télécommunications.