INNOVATION : un facteur de pérennité, 5 Pme témoignent

Pour s’inscrire dans la durée, une entreprise se doit d’innover. C’est indispensable pour gagner des marchés, aller à l’exportation, générer de la croissance et des emplois. Quel que soit le secteur d’activité, traditionnel ou de haute technologie, l’innovation est un des piliers de la réussite comme le démontrent 5 entrepreneurs toulousains conviés à apporter leurs témoignages lors d’une Tribune organisée par la commission Innovation du Medef de la Haute-Garonne.

 

Pierre Montoriol : « anticiper les attentes des clients »

Face aux géants de la santé opérant sur ce type de marché, le dirigeant d’Hemodia a développé d’entrée une offre sur mesure. Fabricant des tubulures de dialyse, la PME depuis sa création n’a cessé d’innover pour lancer des produits originaux et diversifier la gamme. La Pme  a ainsi repris auprès de Newmedic la machine Nimbus i-care, un dispositif de surveillance intra-opératoire neurophysiologique. Cet équipement conçu avec les chirurgiens, apporte une aide sur plusieurs types d’interventions : chirurgie de l’oreille interne, de la thyroïde, de la colonne vertébrale (guidage du geste du chirurgien via une électrode…). L’entreprise s’est aussi lancée dans les sets de soins pour la dialyse, la chimiothérapie, les soins à domicile. Pour gagner en performance, l’automatisation des process a aussi été privilégiée. La R&D est considérée comme un poste stratégique pour préparer les produits à 5 ans.

Max Courdy : innover pour ne pas disparaître

Lorsqu’il a repris Glacière de Portet en 1986, l’essentiel du CA était généré par les poissonniers, grands consommateurs de glace pour leurs étals. Leur nombre s’étant drastiquement réduit, l’entreprise aurait disparu si elle n’avait pas innové sur plusieurs fronts et diversifié l’offre avec notamment la glace carbonique, la solution de nettoyage cryogénique…

« Cela peut sembler étonnant, mais nous vendons en ligne des glaçons, des blocs et paillettes de glace, de la glace carbonique dont nous assurons la livraison quel que soit le lieu » indique Max Courdy, mobilisé actuellement sur le Chupiglass, un verre en glace fabriqué à l’échelle industrielle ! Une première mondiale qui devrait séduire les circuits de la « nuit », les traiteurs, la grande distribution…

Olivier Maffrand : « accepter de ne pas attendre un retour d’investissement immédiat »

Il est à la direction d’une PME dont l’essence même est l’innovation. Immersive Solutions modélise en 3D des stades, salles de sport…et au-delà de la technologie, fournit avec son application du « tout en un » : les supporters d’une équipe peuvent réserver la place de match en ligne, visualiser leur emplacement, communiquer sur réseau social, créer leur avatar en accédant à des animations…Positionnée sur les mondes virtuels, la PME qui emploie 15 personnes vient de surmonter 18 mois difficiles. L’occasion d’imaginer une prestation de service différente, proposant par exemple une commercialisation du produit sous forme d’abonnement à ceux qui le souhaitent.

Comptant plusieurs clients à son actif (le TFC premier signataire d’un contrat, les clubs de football de Grenoble, de Saint-Gall en Suisse, l’Olympique Lyonnais, Roland Garros…), Immersive Solutions continue à engranger des références. Avec sagesse, Olivier Maffrand confirme qu’il ne faut pas attendre un retour sur investissement immédiat des efforts engagés sur l’innovation. Face aux épreuves qu’affronte l’entrepreneur, il indique avec humour : « les ennuis sont l’engrais de la créativité ! »

Christian Carle : « consacrer annuellement 30 à 40% de son CA à la R&D »

« Nous innovons dans les technologies tout en cherchant à comprendre les tendances sociétales, les besoins des clients, les usages de multimodalité » résume Christian Carle, le co-dirigeant de Polestar. Fondée il y a 8 ans, la PME développe des solutions apportant la couverture de service là où le signal satellitaire ne passe pas (milieu contraint, indoor…). Si le produit final cible le grand public, l’entreprise fournit la brique technologique à différents opérateurs. Les grands gestionnaires d’infrastructures et d’immobilier (aéroports, centres de congrès, centres commerciaux…) font partie du panel des clients de Polestar. Ces derniers sont en recherche d’applications originales liées à la géolocalisation, une différenciation qui leur permet de se démarquer de la concurrence. Ainsi, les consommateurs fréquentant la galerie marchande d’une enseigne auront la faculté de télécharger gratuitement sur leur smartphone des fonctionnalités exclusives.

Investissant chaque année 30 à 40 % de son CA (1,2 Meuros au dernier exercice), l’entreprise toulousaine qui emploie 14 personnes, prévoit en 2013 une très forte progression du volume d’affaires, tablant sur 10 Meuros !

Monique Tressarieu : « maîtriser des traitements de surface éco-responsables ».

De 50 salariés en 1985 au moment de la reprise de la société à 220 actuellement, Mécaprotec Industries a gagné la confiance de grands donneurs d’ordres comme Airbus, Boeing, Dassault, Eurocopter, Saab, Safran, Embraer, …Pour parvenir à ce résultat, cette entreprise spécialisée dans le traitement de surface n’a pas cessé d’innover, mettant au point des traitements « verts ». Elle s’est dotée d’un service de R&D étoffé, travaillant en partenariat avec l’UPS et les grandes écoles. Chaque saut technologique réussi a été assorti d’une autre longue épreuve : l’obtention des certifications par les avionneurs. « Une étape qui exige beaucoup de pugnacité et de patience » reconnaît Monique Tressarieu, PDG en rendant hommage à la motivation de ses équipes.

2010 aura été marquée par deux investissements majeurs : l’installation d’une ligne de 6 mètres pour traiter les pièces de grande dimension et l’implantation d’une usine de traitement de surface en Tunisie sur le parc aéronautique M’Ghira (Mécaprotec ayant été retenu par Aerolia pour réaliser sur place les opérations de traitement de surface/peinture).

Pierre Requier : « l’innovation, une voie de salut pour la France »

 

Pour clôturer la manifestation, Pierre Requier, président de l’Incubateur Midi-Pyrénées, a rendu hommage au talent de chaque entrepreneur qui,  quel que soit son marché ou métier, a su déployer la bonne stratégie pour avancer.

Si l’innovation a toujours été au cœur de l’activité économique, elle est devenue pour la France, un enjeu capital pour générer de la richesse, compenser la perte d’emplois industriels. Pierre Requier a aussi évoqué le changement culturel, le nouvel appétit dont font preuve les universités en direction de l’entreprise !

 

Diffusé le 25-10-2010

 

7