La Carsat Midi-Pyrénées mobilise 100 000 entreprises sur le burnout !

Commission paritaire burnout  - De g à d  et de haut en bas : Jean-François Labaquère, Medef, Régis Arnal-Philippart, CFTC, Jean-Jacques Boubly, CFE/CGC, Pierre-Michel Gachet, Medef, Carole Barbaste, CFDT, Michel Vigier, Medef, président du conseil d’administration de la Carsat Midi-Pyrénées, Denis Garin, ingénieur-conseil régional de la Carsat Midi-Pyrénées, Sandrine Koenig,  psychologue du travail, contrôleur de sécurité à la Carsat Midi-Pyrénées

C’est une première. La Carsat a lancé en novembre 2018 une campagne pour sensibiliser toutes les entreprises de Midi-Pyrénées, près de 100 000,  sur le burnout. La réflexion est partie au sein de la branche Assurance Maladie-Risques Professionnels et des Comités techniques régionaux avec la création  d’une « commission burnout »  paritaire composée de représentant des dirigeants et salariés (Medef, CFDT, CFE-CGC, CFTC). Définition : le  burnout ou l’épuisement professionnel est un épuisement des ressources physiques, psychiques et émotionnelles résultant d’une accumulation continue et croissante de surmenages prolongés.

Le phénomène a pris une ampleur considérable. Si le nombre d’accidents du travail baisse depuis vingt ans, à l’inverse, les affections psychiques sont en augmentation constante. En 2016, le Centre de consultation en pathologies professionnelles de Midi-Pyrénées a effectué 850 consultations pour les troubles physiques dont le burnout. Ces affections entraînent des longs arrêts de travail, 400 jours en moyenne, des inaptitudes suivies par la perte d’emploi. Depuis 2015, les arrêts de travail supérieur à 90 jours, toutes pathologies confondues croissent de 5 à 6%  par an. En 2017, 28 120 cas ont été répertoriés en Midi-Pyrénées soient 77 cas signalés par jour ! La prise en charge de ces affections pour la seule branche AT/MP a représenté 230 millions d’euros en France en 2016. En 2017, les arrêts de travail de plus de six mois ont représenté 44% de la dépense arrêts maladie  alors qu’ils ne constituaient que  7%  des arrêts. Extrapolé au niveau européen, le coût des dépressions liées au travail représente un montant faramineux de 317 milliards d’euros/an en additionnant à la fois les coûts supportés par l’entreprise, les frais de santé, les allocations pour indemnités.

« Les affections psychiques dont le burnout entraînent très souvent de longs arrêts de travail pénalisants pour tout le monde. 50% des personnes ne retournent pas dans l’entreprise et ont de grosses difficultés pour se réinsérer » indique Denis Garin, ingénieur conseil à la Carsat Midi-Pyrénées.