« La musique classique est un très bon vaccin contre l’anxiété »

Pierre d'Agrain, le président d'Aïda

« La musique classique est un très bon vaccin contre l’anxiété » indiquait Pierre d’Agrain, le président d’Aïda lors de la présentation de la prochaine saison 2020-2021 de l’association de mécénat de l’Orchestre national du Capitole.  Si la saison précédente s’est finie brutalement avec l’annulation des concerts du printemps-été, la musique et le mécenat ne vont pas s'arrêter. Le Covid-19 n’est pas sans risque pour les finances d’Aïda car elles dépendant directement de la bonne santé de ses  87 entreprises mécènes dans un tissu économique local durement touché par la crise sanitaire. Le paysage a aussi changé, de nouvelles causes liées à la santé se sont développées. Pendant le confinement, l’Association a continué a travaillé.  «Des dispositifs ont d’ores et déjà été mis en place afin d’accompagner nos adhérents dans cette période incertaine » relatait P. d’Agrain. A priori, l’association devrait passer la crise et continuer son soutien actif aux artistes sans trop de conséquences négatives. Aïda participe notamment au financement des tournées de l’Orchestre et depuis deux ans a élargi son action vers le soutien à des spectacles de l’opéra du Théâtre du Capitole et du ballet. La nouvelle programmation d’Aïda réservée à ses adhérents est très riche avec notamment de jeunes chefs talentueux (Lio Kuokman, Gabor Kali …), des grands chefs-d’oeuvres du répertoire symphonique  comme Le chevalier à la rose de Strauss ou la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak. Avec le Théâtre du Capitole,  un grand projet pédagogique,  la Péniche Offenbach, est prévue en juin 2021. En novembre 2020, Kader Belarbi présentera le ballet Toulouse-Lautrec, une création mondiale. L’ensemble de la programmation est présenté sur le nouveau site d’Aïda,  www.aida.asso.fr, entièrement renouvelé, qui sert de lien privilégié désormais entre Aïda et ses entreprises mécènes avec notamment une billetterie dématérialisée pour les concerts.