La Toulousaine. Le spécialiste de la fermeture poursuit sa croissance

Didier Simon, pdg de Stella.Group qui regroupe 5 entreprises en France dont La Toulousaine.

La Toulousaine s’est transformée en Stella.Group pour devenir numéro un des grilles et des volets roulants en France.  Didier Simon, président du groupe toulousain, présente ses projets de développement à l’export. Il donne aussi sa vision du marché de la domotique et des objets connectés.

En soixante ans, La Toulousaine est devenue la société emblématique d’un groupe de dimension nationale, Stella.Group. L’entreprise, autrefois appelée FTFM La Toulousaine, n’a plus rien d’une PME artisanale. Rejointe en 2009 par Didier Simon, son CEO, elle fait maintenant partie des champions français de la fermeture de bâtiments. D’un chiffre d’affaires de 47 M€ en 2010, elle est passée à 65 M€ en 2018 et elle est surtout à l’origine de la formation de Stella.Group qui pèse aujourd’hui 230 M€ de CA avec un effectif de près de 900 personnes. Que s’est-il passé sur le site toulousain ? Dès son arrivée, Didier Simon a misé sur une industrialisation forte de la production et a investi dans ce sens. Le site de production d’Escalquens a ainsi été agrandi, modernisé. Un centre technique a aussi été installé avec aujourd’hui 26 ingénieurs et techniciens qui planchent sur les méthodes industrielles, le développement de produits, le pilotage informatique, et la qualité produit de l’outil industriel… Et ce n’est pas fini. Toujours sur le même site, un nouveau bâtiment de 1500m² est sur le point d’être livré pour optimiser les flux logistiques des palettes. Un autre suivra en 2020. Ce dernier sera destiné entre autres, à la fabrication de rideaux rapides haut-de-gamme. Vendus en BtoB, les fermetures fabriquées par La Toulousaine s’adressent au marché résidentiel (portes de garage, portails et clôtures, garde-corps) et celui du commerce/industrie (grilles et rideaux, portes industrielles). L’entreprise La Toulousaine a connu un fort développement via une croissance organique et des opérations de croissance externe.

Cinq sociétés aux quatre coins de France
Après le rapprochement de Profalux en Haute-Savoie en 2006 pour constituer Stella.Group, les opérations de croissance externe se sont succédées. Il y a eu Eveno en juillet 2012 (Morbihan, 50 M€ de CA), puis Sofermi en mars 2017 (Haute-Garonne, 15 M€ de CA). Et tout récemment, en octobre 2018, Flip, installé dans le Nord (107 salariés, 22 M€ de CA) a aussi rejoint le groupe. « Flip partage les valeurs de notre groupe : des valeurs sociales, le respect des employés, des valeurs de service aux clients, la qualité des produits et des délais de fabrication les plus courts du marché », résume Didier Simon qui prévoit d’investir pour agrandir ce site de production et y accueillir de nouvelles lignes de profilage.
Le groupe vit en même temps une évolution actionnariale. Un cinquième LBO est en cours, avec un nouveau fonds entrant, PAI Partners, devenant majoritaire. L’actionnaire historique ICG reste au tour de table auprès des dirigeants.

Accélération à l’export
L’export fait partie des axes fort de développement de l’entreprise. « Nous avons actuellement des discussions sur le nord et le sud de l’Europe », révèle le dirigeant qui veut faire évoluer sa part d’activité à l’export qui ne représente qu’un faible pourcentage du chiffre d’affaires aujourd’hui. Depuis sa présence remarquée au salon international R&T de Stuttgart en mars 2018, Stella. Group se voit de nouveaux et beaux horizons en Europe. L’équipe export se renforce pour développer la mise en place d’un réseau de distributeurs. Mais c’est aussi en procédant à de nouvelles acquisitions de fabricants européens, que Stella Group compte se développer à l’international. Une croissance qui devrait permettre au groupe de toucher son rêve, celui d’atteindre les 500 M€ de CA dès 2023.  

Les produits connectés : c’est pour maintenant !
Pour connecter l’ensemble de ses produits, Stella.Group a choisi un protocole radio, le protocole Zigbee qui permet la communication bidirectionnelle entre les émetteurs et les moteurs. Ainsi, via Zigbee, les fermetures de StellaGroup sont 100 % compatibles avec les boxes domotiques du marché dont les deux principales : Tydom développée par DeltaDore et Tahoma développé par Somfy. Les autres acteurs (Orange, Amazon et autres) ne sont pas encore présents mais s’annoncent pour un futur proche. Et si cela arrivait vite ? « Nous nous préparons à cela. Et nous sommes prêts. Personnellement je pense que la maison de demain tournera autour d’une box centrale, dans les mains des opérateurs téléphoniques ou d’énergie et capable de dialoguer avec tous types de protocoles radios. » Une chose est sûre, selon Didier Simon, les produits connectés, c’est pour maintenant, que ce soit pour le monde de l’habitat via la domotique maison, ou pour le monde Commerce/Industrie pour lequel les coûts et l’efficacité de maintenance peuvent être grandement optimisés. La surveillance à distance, même en milieu difficile d’accès et de connexion, peut être mise en place. Ainsi, La Toulousaine rend, dès le 1er janvier 2019, tous ses produits Grilles et Rideaux connectables et télésurveillables, en partenariat avec le N°1 français de la sécurité : EPS.

Stella Group en chiffres
900 salariés répartis dans 4 sites de production : Toulouse (2), Thyez, Lorient, Lille
CA 2018 : 230 M€ (200 M€ en 2017)
10 000 clients
550 000 volets roulants vendus (numéro un en France)
25 000 grilles et volets vendus (numéro un en Europe)