Leaf For Life. Les parasols high-tech poursuivent leur développement

Xavier Aubry et Cyrille Jourdain, cofondateurs de Leaf For Life.

Leaf For Life se prépare pour  son troisième été, saison stratégique pour diffuser ses parasols innovants. L’entreprise veut tripler ses ventes cette année, développer les  partenariats avec des distributeurs en France et à l’international. Leaf For Life envisage, à plus long terme, rapatrier la production à domicile.   


Comme une feuille, la voile du parasol Leaf for Life bouge avec le vent. Léger, facile à transporter, ce parasol nouvelle génération présente deux innovations de rupture. Tout d’abord, il ne s’envole pas : sa voile peut prendre une position horizontale et ainsi empêcher le vent de s’engouffrer. Le nouveau produit a été testé dans des bourrasques de 90 km /heure du côté de Collioure, rien n’a bougé !  Deuxièmement, un équipement photovoltaïque souple peut être intégré à la voile : « Et ce n’est pas du gadget, la qualité de rechargement d’un portable est réelle avec notre installation », insiste le perpignanais Cyrille Jourdain, cofondateur de l’entreprise créée en mars 2016 aux côtés du Toulousain Xavier Aubry. Le siège de leur société et une partie de leur stockage sont situés à Lombez dans le Gers.

5000 unités vendues en moins d'un mois
Les deux entrepreneurs travaillent à 200 % pour développer leur entreprise, sans pour autant lâcher leur métier premier : l’un est dans l’énergie solaire, l’autre est conseil en accompagnement des entreprises, ancien commercial chez IBM. « Nous sommes au travail dès 6 heures du matin et ne terminons rarement avant minuit », commente Cyrille Jourdain, prudent dans la gestion de croissance de l’entreprise dont le chiffre d’affaires a été multiplié par 15 depuis le début de l’aventure (CA non communiqué aujourd’hui). Il faut dire que dès son  lancement commercial au printemps 2017, le parasol, a enregistré un grand succès. Poussé par une très forte médiatisation, le parasol Leaf For Life s’est vendu aux quatre coins du monde avec près de 5000 unités vendues en moins d’un mois, un taux de cliquage record sur son site,  et des commandes quotidiennes encore aujourd’hui.

50 nouveaux points de vente
Les deux entrepreneurs ont investi leurs propres deniers pour lancer leur parasol, soit 100 000 euros chacun pour créer les premiers prototypes, financer la propriété intellectuelle et lancer leur première production. La fabrication est sous-traitée à l’international mais les entrepreneurs envisagent une unité de production ou du moins d’assemblage en France. « L’image du made in France serait un vrai plus pour notre marque et cela faciliterait le suivi de la production et du stock », projette Cyrille Jourdain qui