L’hydrogène en Occitanie : c’est parti !

Journée HyDeO day du 6 novembre organisée à l'Hôtel de Région à Toulouse.


Avec son objectif ambitieux de devenir la première région à énergie positive en 2050, la Région Occitanie met les bouchées doubles pour encourager la consommation d’énergies propres. La journée HyDeO Day (HydeO pour Hydrogène Développement Occitanie) organisée le 6 novembre dernier à l’hôtel de Région de Toulouse a fait salle comble. C’est que la filière régionale autour de l’hydrogène vert passe à la vitesse supérieure. L’hydrogène vert, c’est celui produit grâce à  l’électrolyse de l’eau, elle-même produite à partir d’électricité renouvelable. HyDeO est la marque qui anime la filière hydrogène d’Occitanie. Elle est pilotée par l’agence économique régionale Ad’Occ et cofinancée par l’Ademe. Lancé il y a six mois, le Plan hydrogène vert pour l’Occitanie a été doté de 150 millions d’euros. La présence du concepteur des bus hydrogène Safra à Albi et celle du géant du ferroviaire Alstom à Tarbes atteste de la dynamique de la filière dans la région. Mais ce sont en tout  25 entreprises et 15 structures scientifiques qui sont inscrites dans l’ annuaire d’HyDeO.  A horizon 2024, la Région se donne les objectifs suivants :  l’acquisition de 3 rames de train à hydrogène Régiolis, la réalisation de 20 stations de production et distribution d’hydrogène vert, la construction d’une usine de production d’hydrogène à Port-la-Nouvelle et de 2 électrolyseurs industriels (HyPort à Blagnac et Tarbes) et l’acquisition de 600 véhicules (lourds, utilitaires et légers). Lors de cette dernière réunion, la probable commande d’une vingtaine de bus hydrogène pour la ville de Montpellier a été évoquée. Tous les intervenants de cette journée se sont accordés pour prédire un fort développement de la mobilité lourde à hydrogène : camions, bateaux, avions (en partenariat avec Safran, le projet Pipaa planche sur un système de pile à combustible pour l'alimentation électrique de systèmes d'avions, notamment les solutions de taxiage électrique au sol). La massification de la production d’hydrogène devra suivre cet engouement.