Logements neufs à Toulouse : une offre de plus en plus réduite

Depuis 2017, le nombre de logements neufs diminue dans l’aire urbaine de Toulouse. Mais ce troisième trimestre, la dégringolade a accéléré et Jean-Philippe Jarno, président de l’Observer de l’Immobilier Toulousain (baromètre du marché du logement neuf toulousain) tire la sonnette d’alarme : « les résultats sont de pire en pire. Nous n’avons quasiment plus de mises en vente ! ». En chiffre, cela se traduit par 1500 mises en vente au 1er trimestre, 900 au 2ème et 700 seulement au 3ème trimestre. Le stock continue de s’appauvrir et ne dépasse pas les 3800 logements aujourd’hui. 

Une inévitable hausse des prix
Dans cette situation critique pour l’activité de la promotion immobilière, Jean-Philippe Jarno rappelle les incidences directes sur d’autres métiers comme l’architecture ou la construction : « un logement c’est deux emplois ! ». Le président de l’Observer et directeur général chez Bouygues Immobilier considère qu’il est urgent de « favoriser nettement la relance de l’activité immobilière », et mise sur les bonnes intentions et l’écoute de la Métropole qui a adopté son Pacte métropolitain pour l’habitat annonçant 7000 logements par an. « Pourvu que les élus de l’ensemble des collectivités jouent leur part dans cet engagement ! ». Conséquence directe de cette réduction de l’offre et des mises en vente : l’augmentation des prix avec 3 490 €/m² pour les ventes à occupants et 4 040 € /m² pour les ventes aux investisseurs. Sur Toulouse, le prix a augmenté de 100 €/m² par rapport au 3ème trimestre 2020 (il atteint les 4350 € /m² aujourd’hui).