MagicPallet veut simplifier la vie des transporteurs

Pierre Edouard Robert, fondateur de MagicPallet, vise les 4 M€ de CA d’ici à 2022. ©Camille Lassus.

Lancée il y a tout juste un an, la plateforme collaborative d’échange de palettes fondée par Pierre-Edouard Robert vise un fort de développement dès sa deuxième année d’activité. MagicPallet annonce une implantation en Allemagne et en Espagne, ainsi que de nouveaux développements R&D et une nouvelle vague de recrutements. 

Dès sa première année d’existence, la start-up MagicPalett s’est fait rapidement remarquer, en intégrant une centaine de clients et en recevant deux prix d’innovation très visibles dans le secteur des transports : le Supply chain Award au salon Supply chain Event et le 1er prix innovation au salon de la logistique SITL. La petite équipe installée dans les murs de l’incubateur Bic de Montpellier est déjà passée à huit personnes et le fondateur Pierre-Edouard Robert prévoit d’atteindre la trentaine de personnes en 2020-2021. D’un premier CA de près de 100 K€, il vise une poussée de +500 % en 2020 pour atteindre les 4 M€ d’ici à 2022. Que vend MagicPallet ? un service d’échange de palettes destiné aux transporteurs qui ont souvent le mauvais rôle de devoir retourner les palettes aux distributeurs, et cela à leurs frais. « En découvrant cette problématique, je me suis dit qu’il fallait trouver une solution plus économique et plus écologique. Il y a un vrai gaspillage dans ce trafic de rétrocession des palettes», explique le chef d’entreprise qui a découvert ces faces sombres du métier en devenant directeur général de l’entreprise de transport fondée par son beau-père.

Un système d’abonnement mensuel
Ingénieur électronique et informatique de formation, Pierre-Edouard Robert, a décidé de quitter l’entreprise de transport pour se consacrer à 100 % au développement de MagicPalett. Le business model de son nouveau service de partage repose sur un système d’abonnement mensuel à l’application, pour 199€/mois, ou un abonnement à des services d’échanges récurrents avec un coût supplémentaire de quelques centimes par palette transportée. Concrètement, l’application développée par la start-up héraultaise permet de visualiser immédiatement où les palettes sont disponibles et peut proposer un échange. Deux avantages : une réduction des kilomètres liés au retour des palettes et donc des économies et une baisse de consommation du CO2. Une centaine d’utilisateurs ont déjà testé le service, ce qui a permis d’éviter 205 000 km de circulation, soit 180 tonnes de CO2 non émis. Les utilisateurs sont des TPE comme des géants du transport ou des marques distributeurs qui ont leur propre réseau logistique : Système U, Danone, Leroy Merlin, etc.

En cours de levée de fonds
MagicPalett a récemment gagné un appel d’offres émis par le club Déméter qui réunit les leaders des secteurs de la distribution, de l’industrie, de la prestation logistique, ainsi que des acteurs publics institutionnels. Par ce biais, l’entreprise va pourvoir faire découvrir sa solution à neuf grands acteurs nationaux de la logistique. Détenue à 90 % par son fondateur et à 10 % par un réseau de business angels, l’entreprise est en cours de levée de fonds aujourd’hui pour pourvoir financer sa stratégie d’internationalisation vers l’Espagne et l’Allemagne et pour financer les nouvelles versions de sa plateforme.  En gestation actuellement : un service de partage triangulaire des palettes.