Matooma. La 5G devrait à terme booster le marché du M2M et l’IoT

Frédéric Salles avec Olivier Tucker

En juillet dernier, fournisseur de connexion M2M par carte Sim, Matooma a été rachetée par son principal concurrent européen hors grands opérateurs, le groupe anglais Wireless Logic. Frédéric Salles reste aux commandes de la société montpelliéraine qui va se concentrer sur les marchés francophones, la Belgique, la Suisse, sans changement pour les clients.

Contactés en janvier 2019, nous cherchions une centaine de millions d’euros et simultanément il venait de lever 400 millions d’euros pour accélérer leur stratégie européenne d’acquisition. Plutôt que de se livrer une guerre des prix effrénée et destructrice de valeur, nous avons uni nos forces pour être plus compétitif avec 4 millions d’objets connectés en gestion » explique Frédéric Salles. Le groupe (230 personnes au total) pourra encore mieux acheter de la capacité auprès des grands opérateurs. Dans la corbeille, Matooma apporte son process d’acquisition digitale de clients sur la France et l’international depuis sa plateforme de Montpellier, Wireless Logic est orientée opérateur virtuel MPNO avec une approche commerciale plus classique. Chacun garde sa marque et son personnel. Matooma avait réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 11,2 millions d’euros, prévoyant sur 2019, une progression de 50% pour aller à terme vers les 15 millions d’euros. La 5G dans le futur devrait booster encore davantage l’activité avec ses deux canaux de communication, THD de 1 Gb/s et l’IoT sur la même puce. « Nous pourrons à la fois aller sur le marché du haut et bas débit, l’impact sera très fort » prévoit Frédéric Salles. Quand au Brexit, c’est quasi un non-sujet.