MECANIQUE : baisse des commandes, absence de visibilité

 
La CCI de Toulouse a présenté l’enquête sur l’industrie mécanique en Haute-Garonne à fin septembre 2009. 120 entreprises ont répondu au sondage, lequel fait ressortir des incertitudes sur l’avenir, des inquiétudes et du pessimisme sur la situation présente. 70% des sociétés interrogées ont connu une chute de leur activité, avec une accélération ces 6 derniers mois. 43% ont diminué leurs effectifs salariés sur un an. Si les non remplacements ou le chômage partiel ont été les solutions les plus utilisées, plus d’un quart des entreprises ont eu recours à des licenciements ces 12 derniers mois.
A l’occasion de la restitution de cette enquête, des entrepreneurs sont intervenus pour commenter les résultats. Bernard Ourmières de la Sermi déplorait dans un tel contexte de réduction des effectifs la perte de compétences, la difficulté à accueillir des stagiaires, apprentis, contrats de professionnalisation…Sur le triptyque considéré comme salutaire qui est innover, se diversifier, exporter, il faut du temps, de l’argent sachant que les retombées ne sont pas immédiates et que la crise est mondiale. «Des solutions qui n’aident pas à passer les 6 prochains mois», arguait le dirigeant de la Sermi.
Jean-Jacques Marty, Pdg du groupe La Mécanique qui a dû ajuster les effectifs (passant de 65 salariés fin 2008 à 52 actuellement) a évoqué les limites de l’international (cela ne concerne que 5% des Pme du secteur ). Il prône un soutien de l’Etat plus actif (style achats d’avions) à l’instar de la prime à la casse dans l’automobile, dénonçant au passage les appels à la délocalisation jugés peu patriotiques en cette période.
Tous les résultats de l'enquête

télécharger PDF