MECANIQUE : la nouvelle stratégie industrielle de Cauquil

 
Cauquil fait partie du cercle restreint des entreprises possédant un centre d’usinage 5 axes (12 palettes), muni d’une broche travaillant les métaux durs. Avec cet investissement opéré début 2009, la société usinera des pièces de grande dimension en titane, inconel, inox…Ce sous-traitant aéronautique de rang 2 sollicité par des fournisseurs de rang 1 pourra ainsi gagner de nouveaux marchés liés au programme A 350 ou aux besoins des motoristes. Parallèlement à l’acquisition de cet équipement 5 axes, un projet innovant soutenu par Oséo a été développé. C’est un système de supervision globale du parc machines compatible avec tous les centres d’usinage et commandes numériques quelles que soient leurs marques. L’outil a été conçu en partenariat avec le constructeur de machines outils MCM. Cauquil a mobilisé 300 000 euros sur ce logiciel.
 
Intégration d’une activité de montage de petits sous-ensembles
 
Ce nouveau palier franchi par la PME fait suite au changement d’orientation technologique décidée en 2008. Après avoir acheté deux gros centres d’usinage grande capacité 4 axes (coût : 1 Meuros) destiné aux grands formats, l’entreprise a mis le cap sur la diversification clientèle et offre de service. Aux donneurs d’ordres réguliers qu’étaient Airbus, Latécoère sont venus se rajouter Aircelle, Snecma, Mécachrome à qui sont livrés des petits sous-ensembles à plus forte valeur ajoutée. L’atelier s’est doté de ce fait d’une activité de montage. Par ailleurs, l’entreprise s’est positionnée sur les métiers du dépannage et du prototypage/premières séries. « Un choix judicieux qui nous a permis de maintenir le volume d’affaires dans une contexte difficile, marqué par la baisse des cadences » souligne Marc Alaux, directeur général.
 
Le dépannage et le prototypage ouvrent la voie à de la série
 
A titre d’exemple, Cauquil a validé le prototype du closure device, un élément servant à l’ouverture nacelle. Satisfait de la prestation, le client a ensuite confié la fabrication de la série.
Sur cette étape venant évaluer la faisabilité technique, la PME est en liaison étroite avec le BE du donneur d’ordres, lui apportant en phase de co-design du conseil.
Quant au dépannage, la prestation a immédiatement séduit les acteurs de l’aéronautique qui apprécient de pouvoir être livrés en pièces sous 24 à 48 heures. Airbus pour la FAL recourt à cette solution rapide tout comme un équipementier toulousain travaillant sur le programme Boeing. Après être intervenue sur de l’urgence (des travaux réalisées sur des centres d’usinage de petite capacité), il n’est pas rare que des contrats de ce type débouchent ensuite sur de la série.
Ce segment devrait encore monter en puissance, la proximité, réactivité et qualité étant un des atouts maîtres de ce sous-traitant mécanique qui compte optimiser la FAO pour gagner encore en flexibilité.
 
 
 
 
 
CA 2009 : 5,1 Meuros (5 Meuros en 2008 et 3,3 Meuros en 2004).
Effectifs : 46 personnes.
Les 2 centres d’usinage de 2008 et celui de 2009 ont bénéficié du contrat d’appui de la Région. Ces investissements se sont élevés à 2 Meuros