Mimbus. Un apprentissage virtuel pour former aux métiers manuels industriels

Les outils virtuels de formation de Mimbus. Crédit : Mimbus.

Mimbus conçoit et vend des outils de formation par simulation virtuelle. Ses simulateurs forment aux métiers manuels industriels : soudeurs, électriciens, menuisiers, peintres… Mimbus accompagne les formateurs nouvelle  génération et adapte son catalogue aux évolutions technologiques.

Avec la sortie de la version 2 de son logiciel Vulcan et l’ouverture d’une filiale à Chicago, Mimbus suit un rythme dynamique. Depuis 2015, l’entreprise croît de 60 % par an et la même progression est prévue pour 2018 et 2019. Installée à Saint-Jean, en périphérie de Toulouse, l’équipe de 16 personnes menée par Laurent Da Dalto, fondateur et propriétaire à 90 % du capital, vend des simulateurs formant à une vingtaine de métiers manuels industriels : soudage, peinture, menuiserie, électricité, conduite de ligne de production… 50 % des simulateurs ont été conçus par Mimbus et sont fabriqués en France. Mais la PME ne se contente pas de vendre des appareils dernier cri, utilisant la réalité augmentée pour entraîner les futurs techniciens : « Nous accompagnons le formateur, nous le formons et celui-ci peut adapter les fonctions de l’appareil en fonction de ses attentes », explique Laurent Da Dalto qui mise sur un fort développement de son outil Vulcan, une plateforme qui permet au formateur d’analyser le comportement d’une personne en apprentissage virtuel. Cet outil dispose de capteurs permettant d’évaluer à l’instant T la concentration, le temps de réaction, la précision du geste de l’élève.

Une place à prendre sur un marché de niche
Depuis sa création en 2011, Mimbus a tissé sa toile commerciale en France et à l’export (60% de l’activité aujourd’hui), notamment en Asie et en Europe. L’entreprise équipe certains centres de formation de  grandes entreprises, mais les instituts de formation et lycées professionnels restent ses principaux clients. A titre d’exemple, en Haute-Garonne, le CFAI de Beauzelle, l’AFPA de Balma et le lycée professionnel et technologique Galliéni utilisent un simulateur de Mimbus. Pour son rayonnement à l’international, la petite entreprise vise les pays émergeants. Les Emirats  arabes unis, le Pakistan, l’Inde sont ainsi dans le collimateur. Avec l’ouverture récente de sa filiale aux Etats-Unis, Mimbus cible un vaste marché, notamment celui de la formation des charpentiers. Pour accompagner la croissance de son entreprise, Laurent Da Dalto souhaite lever autour d’un million d’euros et continuer à étoffer son équipe : « Le marché est mûr depuis un ou deux ans. Nous sommes bien placés aujourd’hui. Mais il nous faut vite atteindre une taille critique pour maintenir notre place dans cette niche pleine de promesses. »