NAVIGATION PAR SATELLITE : le suivi temps réel des camions transportant des matières dangereuses

 
Après 24 mois de développement, le projet Transcontrol a été testé avec succès. Ce programme qui a mobilisé 4,6 Meuros est destiné au suivi du transport de matières dangereuses par GPS/EGNOS.
Les entreprises M3 Systems (coordonnateur du projet), Actia, CGX Systèmes, Navocap, Pole Star, Sodit, Thales Alenia Space et le laboratoire TéSA ont participé à la mise au point de l’application. Le SDIS 31 et Sudotrans ont contribué à son expérimentation.
Face à l’augmentation des échanges de marchandises sur les routes et de facto du nombre d’accidents, un dispositif comme Transcontrol permet de localiser précisément le lieu d’un sinistre et de connaître la nature de la cargaison. Avec de telles informations, les pompiers et la sécurité civile anticipent le traitement de l’accident, évaluent le degré de dangerosité, déploient les moyens adaptés à la situation, définissent des périmètres de sécurité…Les données envoyées par des terminaux embarqués à bord des véhicules (plusieurs camions de Sudotrans équipés pour la circonstance) sont relayées par une plateforme « multi-services » aux postes de contrôle.
Pour valider sur le terrain la pertinence du système, plusieurs essais se sont échelonnés. Dans le tunnel du Mas d’Azil, a été éprouvée la technologie visant à pallier le problème de perte de position GPS dans les tunnels (en y substituant automatiquement un calcul de position à partir de balises radio). En septembre dernier, a été simulé une collision entre une voiture et un camion transportant de l’éthanol. Le SDIS 31 a réagi en fonction des datas fournies l’écran de contrôle Transcontrol, expédiant sur le site une vingtaine de pompiers, 5 à 6 véhicules d’intervention, une cellule chimique.
La pertinence du projet a également été éprouvée sur les transports en autocars (tests sur 2 bus des Courriers de la Garonne), notamment pour les scolaires.