Nobrak :   vers une offre industrielle de placement de fibres pour composites

Fabrication de la préforme avec une machine de broderie automatisée

Le nouveau procédé de fabrication de composite par TFP (Tailored Fiber Placement) développé par la société montalbanaise Nobrak est en train de séduire toute une série d’industriels à l’international avec des arguments en termes de réduction des coûts, techniques et environnementaux. Plusieurs POC, preuve de concept sont en cours dans le secteur de la bagagerie de luxe, le sport, l’automobile, l’aéronautique. Ses deux jeunes dirigeants souhaitent aller jusqu’à déployer une offre industrielle complète. Les premières machines sont installées au sein de la pépinière d’entreprises du Grand Montauban zone Albasud.

 

Aymeric Azran et Bertrand Laine, ses deux jeunes dirigeants, ont fait leurs classes dans la conception fabrication de composites au sein des sociétés régionales JTT Composite et RT2i, désormais au sein du groupe Saint Gobain Performance Pastics, dont la technologie est notamment exploitée dans la fabrication des conduites d’air des avions de Dassault. Après une veille technique intense et pour Aymeric Azran, l’obtention d’un doctorat à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, ils décident de créer en 2016 Nobrak en pariant sur un nouveau procédé, breveté à l’international, HV-TFP. Il permet de déposer plusieurs fils simultanément pour la fabrication de la préforme avec des machines de broderie robotisées. Les coûts de production sont divisés par deux et plus en fonction de la série par rapport aux procédés de pré-imprégnés actuels. Tous types de fibres, carbone, kevlar, verre, des fibres naturelles comme le lin, le basalte, sont compatibles.

Nobrak avance plusieurs avantages cumulatifs expliquant la rapide conversion de quelques grands clients ces six derniers mois. Il n’y a plus de déchets dans la production de la préforme à l’inverse des autres procédés. Ses caractéristiques et performances peuvent être ajustées sur la géométrie de la pièce en fonction des contraintes. L’ajout de fonctions est possible par exemple en insérant au cœur du matériau, de la fibre optique, des capteurs pour surveiller le vieillissement, une puce RFID… en connectant le produit, ouvrant le champ du possible aux applications de l’IoT. Avec un procédé robotisé, la répétabilité se rapproche de 100%.