Novalynx préserver sa capacité d’innovation en robotique et supervision

Rémi Parlouar et Sébastien Bach

Créé il y a 7 ans à Toulouse, Novalynx a bien l’intention de préserver sa capacité d’innovation et d’expertise. Spécialisée dans les services et logiciels en robotique industrielle, ces deux jeunes dirigeants, Sébastien Bach et Rémi Parlouar, se sont donnés les moyens financiers de leurs ambitions en négociant une augmentation de capital de 900 K€ auprès de l’Irdi Soridec via son fonds MPCroissance en septembre dernier.

Novalynx envisage raisonnablement, après avoir passé le cap du million d’euros de chiffre d’affaires, de doubler dans les 2 à 3 ans.

Cet argent viendra d’abord financer l’embauche d’une douzaine de salariés, une première vague est arrivée suivie par une seconde phase de recrutement prévue dans un an. Les locaux actuels ont besoin d’un sérieux aménagement. Plus de capital c’est de la trésorerie supplémentaire pour répondre à davantage de charge de travail, des projets plus importants, de nouveaux clients. Novalynx souhaite aussi commercialiser Dynalinyx, son logiciel de supervision des processus automatisés, en le mettant au standard du marché.

Cette PME croise aujourd’hui trois marchés différents et complémentaires avec par ordre d’importance, la robotique, la supervision et la machine spéciale. Novalynx travaille en direct avec ses principaux clients comme Airbus, Safran, jusqu’à des projets d’environ 500 k€ ou via des intégrateurs, qui font appel à son expertise. Elle n’est mariée avec aucun fabricant, elle noue des partenariats comme avec ce fabricant français de solution de sablage présentée au Siane 2019.